Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

Grave Digger - The Living Dead

Écrit par Antephil le .

Voila déjà 34 ans et leur premier album "Heavy Metal Breakdown", que les Anglais de Grave Digger trainent leur carcasse parmi les seconds couteaux du heavy metal. Ils ont eu leur apogée lors du milieu des 90’s avec "Tunes Of War" (mais qui reste tout de même un mastodonte du genre en Allemagne) et nous livrent du fond de leur caveau leur 17ème album. Même si en terme de vente Grave Digger reste dans l’ombre de certains de ses confrères, son leader et vocaliste Chris Boltendahl n’a jamais remisé ses armes aux placards et tourné le dos a son heavy metal qui fleure bon la religion, à un tel niveau d'opiniâtreté (ce que Grave Digger ne cache pas, tant une pelleté de titres de son répertoire est là pour vénérer le bon vieux heavy metal). Et Dieu sait que Grave Digger bouffe du metal h24, à un point où les Allemands nous reviennent à peine moins d’une année après "Healed By Metal".

Si depuis "Clash Of The Gods" en 2014, l’on sentait que Grave Digger était désireux de mettre quelque peut en retrait son imagerie guerrière, que l’on pourrait qualifier de William Wallace Metal, au profit d’une approche bien plus portée sur la mort, et qui voit même le groupe vouloir quelque peu flirter avec la mode des Zombies, avec "The Living Dead". Mais chassez le naturiste, il revient au bungalow. Les thèmes guerriers toujours aussi présents, avec des titres comme "Blade Of The Immortal", "Shadow Of The Warrior", "Hymn Of The Dead", "What War Left Behind" et "Glory Or Grave". Même si la thématique du groupe reste globalement dans un classicisme assumé, les compos se veulent elles être tout à fait dans l’ère du temps

Clacissime ne rime donc pas obligatoirement avec vieilles recettes éculées, même si l’on est donc en terrain connu dès l’entame de "The Living Dead" et son morceau titre, certes déjà entendu, mais qui démontre que Grave Digger maîtrise son sujet plus que jamais et que son aspect chevaleresque est toujours de la partie, accompagné par un refrain conté pour les cœurs vaillant. Et c’est bien ce que l’on retiendra entre autre de "The Living Dead", des refrains toujours aussi accrocheurs ("Blade Of The Immortal", "Shadow Of The Warrior", "Hymn Of The Dead", "Glory Or Grave").

Afin de continuer à s’inscrire dans son temps et d'être toujours de la partie en 2018, Grave Digger a su également insuffler des éléments bienvenus, avec des riffs speedés teintés des 80’s et de gros passages heavy qui n’ont rien à envier à la jeune garde (et donc l'aura de Slayer semble planner sur certains), accompagnés de soli très inventifs (celui de "When Death Passes By" fera hurler de rage un passéiste tel qu’Yngwie Malmsteen). Si les musiciens se donnent à fond pour offrir des titres hautement recommandables, Chris Boltendahl lui non plus ne démérite pas avec un timbre vocal scandé avec rage, là où de nombreux survivants du style auront beaucoup souffert du temps passé.

Des titres, on retiendra aussi avec "When Deat Death Passes By", l’hymne "Power Of Metal", "Fist In Your Face" avec son rythme martial et sa basse ronflante, la petite speederie "Insane Pain" et son intro electro (oui oui nom d’une veste à patchs, electro !). Seul "What War Left Bheind" reste bien trop classique dans sa forme pour retenir l’attention. On termine le tour du propriétaire avec le gros morceau du skeud, "Zombie Dance", qui se veut être la petite tuerie de l’album, avec sa polka dédiée au morts-vivants. Un titre hautement addictif qui ne pourra qu’enflammer le public lors des shows du groupe. "The Living Dead" mériterait quasi l’achat de l’album pour celui-ci, si nous n’étions pas en 2018, à l’heure où un titre peut être acheté a l’unité. Alors on se rue vite sur Youtube pour visionner ce petit délire, pour un clip bien fendart.

Oui Après un "Healed By Metal" déjà fort recommandable, Grave Digger réitère sa belle force de frappe avec "The Living Dead", qui prouve qu’être un des plus anciens représentants du heavy metal ne rime pas forcément avec passéisme et fainéantise et qu’après une dizaine d’albums, si l’on se sort les doigts du fondement, que l’on peut encore offrir des titres travaillés aux refrains accrocheurs, sur un album complet (oui Manowar sent toi visé) et qu’il suffit d’une petite once d’actualisation, pour continuer à fédérer autour de soi une horde de fans dévoués (celle là est pour toi Lizzy Borden). Un pas à gauche, un pas à droite, et on court se déterrer une copie de "The Living Dead".

note4

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie