Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

Hate Eternal - Upon Desolate Sands

Écrit par SataNico le .

Le groupe de Brutal Death d'Erik Rutan (ex-Ripping Corpse, ex-Morbid Angel) nous revient avec un septième méfait, trois ans après leur dernier brûlot Infernus. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne s'est pas râté sur ce coup là !

Du bon gros death floridien à l'ancienne, dans la lignée des vieux Morbid Angel. Rutan qui s'occupe du chant et de la guitare est accompagné de J.J Hrubovcak (Divine Rapture) à la basse pour le troisième album consécutif et d' Hannes Grossmann (Necrophagist, Obscura) à la batterie pour la première fois. Le trio démoniaque nous livre avec "Upon Desolate Sands" un album à la production parfaite dans lequel chaque instrument est parfaitement audible dans le mix. Une clarté dans la sonorité dans laquelle surnage malgré tout une noirceur terrifiante.

Côté lyrics, Rutan s'est surpassé. On reste toujours dans les thèmes morbides et violents propres au death, mais plutôt que de nous parler pour la 666ème fois de Satan qui va manger vos bébés (hein Deicide ?), il se sert de cette violence comme allégorie pour exprimer ses sentiments profonds. L'imagerie du death sert donc ici d'exhutoire au nihilisme de son auteur. Des textes assez intelligents pour le genre, notamment "Nothingness of Being", assez explicite sur son intention. Les influences Lovecraftiennes se font même par moments ressentir, nécessitant pour cela un certain ralentissement de tempo dans les morceaux, afin de mieux apprécier l'ambiance. Ralentissement néanmoins relatif, on reste dans du death brutal.

Rutan, véritable chef d'orchestre, s'il excelle donc au chant est également un superbe guitariste. Ses riffs puissants, martelant l'auditeur comme autant de coups de couteau dans le ventre rivalisent d'audacité avec ses soli, d'une virtuosité dépassant de loin ses précédents albums. De ce point de vue là, l'album se rapproche donc d'avantage du heavy metal traditionnel que du death. Cela pourrait choquer les puristes, personnellement j'adhère. Le meilleur morceau du style sur l'album étant "Vengeance Striketh". Mais la chanson titre "Upon Desolation Sands" n'est pas en reste, avec son ambiance arabisante nous renvoyant aux djinns et à Sheitan plutôt qu'à Lucifer et ses sbires. Le morceau instrumental "For Whom We Have Lost", véritable OVNI sur l'album, plus "doux" que le reste du CD se fond néanmoins très bien dans le tas et démontre l'ecclectisme de son auteur. La basse vrombissante de Hrubovcak faisant parfaitement le pont entre les guitares et le jeu ultra technique de Grossmann à la batterie.

"Upon Desolation Sands" est un superbe album de death metal à l'ancienne, brutal, relativement varié pour le style, plus profond que ce qu'on pourrait imaginer, tout en restant fidèle à ses racines. Dans le top des meilleurs albums de Hate Eternal avec "I, Monarch", ce 7ème méfait des Floridiens est un des indispensables du metal extrême de cette fin d'année.

note4

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie