Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

Errementari - Le Forgeron Et Le Diable

Écrit par Antephil le .

Alex de la Iglesia (Le Crime Farpait, Le Jour de la Bete,), voila un doux nom qui s’accompagne habituellement d’une pépite du cinéma Espagnole mais que l’on connait peu en France comme producteur avec déjà une dizaine de projets en dehors de ses réalisations, dont le récent Errementari vient de se dévoiler via Netflix que nous ne pouvons que louer une nouvelle fois pour proposer des métrages qu’il aurait difficile d’être distribué dans les réseaux habituels.

Dirigé par le Basque Paul Urkijo Alijo (et tourné intégralement dans la langue de ce dernier) le métrage a comme important sous-titre El Herrero Y El Diablo que l’on peu traduire littéralement par Le Forgeron et le Diable, qui est une réinterprétation d’un conte horrifique se passant au milieu de l’année 1800. Comme très souvent lorsque le terme de conte horrifique en langue Ibère est mentionné (de proche comme de loin) l’œuvre de Guillermo De Toro et son Labyrinthe de Pan vient instantanément a l’esprit et l’on ne reprocha a personne de faire le rapprochement a la vision de Errementari et de son forgeron (Kandido Uranga) qui revenu des enfers garde captif le diable dans sa forge isolée ou ce dernier va rencontrer la jeune Usue (Uma Bracaglia).

Visuellement au niveau de sa colorimétrie et de son bestiaires de créatures démoniaques l’œuvre brulante d’Urkijo Alo aurait tout a avoir un métrage de Del Toro mais a su se forger une identité propre mais quelque peu affaiblit par un scénario qui aurait mérité meilleure construction, le tout  reste tout de meme une belle fable déchirante dans son climax ou le forgeron et Usue irons affronter le démon au plus profond des enfers avec ses créatures aux excellents designs (meme si le latex et le caoutchouc de font bien sentir). 

Errementari n’évite pas d’écueill (et manque également de la présence d’une b.o marquante qui aurait pu renforcer l’impacte de certaines scènes), et passage obligé avec Alex Iglesia aux manettes de l’ombre, la religion catholique en prend pour son grade et n’est pas présenté comme une religion de tolérance et de bienveillance mais forge au final un bien beau conte dont certains groupes comme Nightwish et Amorphis aiment s’abreuver de tels matériaux. A voir chaudement au coin d’un bon feu.

note3.5

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie