Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

Nicky Larson Et Le Parfum De Cupidon

Écrit par SataNico le .

Si on m'avait dit il y a 10 ans que le mec de la bande à Fifi allait jouer un rôle auparavant tenu par Jackie Chan, j'aurais bien rigolé. Il y a 10 ans sortait la pire adaptation de manga de l'Histoire, Dragonball Evolution et une telle annonce aurait fait plus que peur... A vrai dire, l'annonce de ce film il y a 2 ans m'a quand même fait peur. Certes, j'aime beaucoup Alibi.com et les deux Babysitting. Mais ça n'avait de mon point de vue RIEN à voir avec l'un des mangas cultes de mon enfance. Et pourtant...

Troisième adaptation cinématographique de City Hunter de Tsukasa Hojo (Cat's Eye, Family Compo, Angel Heart) après le Jackie Chan qui passé les 10 premières minutes assez fidèles part dans un délire total n'ayant plus qu'un lointain rapport avec l'oeuvre d'origine et surtout Mr Mumble, adaptation non officielle (les noms des persos ont donc été changé) mais très fidèle et ressemblante, voici donc venue une version franchouillarde ! Alors certes, les 2 adaptations précédentes avaient déjà délocalisé l'action de Tokyo à Hong Kong... Mais là on passe à Paris, le changement est autrement plus radical ! Sauf que... Et c'est là toute la nuance qui justifie un tel choix, ce film ne se base pas sur l'oeuvre originale, mais sur la VF de son adaptation animée diffusée au Club Dorothée. Les changements opérées par la VF étaient tels qu'elle en est devenu quasiment une oeuvre à part. En effet, la série est originellement un Seinen (manga pour ados et adultes) et non un shonen (pour jeunes garçons), sauf qu'à l'époque TF1 n'y captait rien à tout cela et pensait que "dessins animés + gamins", ainsi ils ont diffusés certains trucs clairement pas pour les petits (le pire étant Ken Le Survivant, par moment ultra gore) et les doubleurs ont tenté par la censure et un changement de ton dans les dialogues de transformer ça en truc pour mioches ! Si la VF de l'anime est en soit un massacre indigne du chef d'oeuvre original, un truc que plus aucun studio de doublage n'oserait faire de nos jours, elle n'en reste pas moins la seule version que nous autres enfants francophones des 80's et 90's avons connu pendant une bonne décennie. Ainsi, la nostalgie aidant, une adaptation de cette version précise de l'oeuvre n'est pas si saugrenue.

Reprenant tous les tics et erreurs plus ou moins volontaires de la VF, ce Nicky Larson live nous ressort les classiques "restaurants végétariens" (censure du doublage à l'époque, car dans la V.O. il parlait d'un Love Hotel, ce qui n'est pas tout à fait la même chose) et autres joyeuseries du genre. Mais plus qu'un hommage à la VF de l'anime, c'est au Club Dorothée en général que ce film rend hommage. On retrouve ainsi des références aussi bien aux classiques de la Japanimation diffusés dans l'émission comme Dragon Ball Z, Olive et Tom, Les Chevaliers du Zodiaque ou Ranma 1/2, qu'aux sitcoms cultes comme Salut Les Musclés et Hélène et les Garçons. Deux cameos, dont un en particulier feront frémir le coeur de tous les nostalgiques. Sans parler du guest de Pamela Anderson, connue principalement pour Alerte à Malibu, également diffusé par Dorothée à l'époque.

Néanmoins, à ces qualités, il faut admettre que Lachau, spécialisé jusqu'ici dans les comédies n'est clairement pas aussi doué pour ce qui est de l'action. De la mauvaise shaky cam au cadrage hasardeux, couplé à une photographie franchement dégueulasse par moment. Cela gâche par moments la bonne humeur globale. On peut également noter étrangement un défaut similaire à l'adaptation avec Jackie Chan. Plutôt que de se plier aux exigences d'un Nicky Larson, Lachau a plié l'oeuvre à son propre style. Ce genre d'exercice mégalo fonctionne quand on est Tim Burton, mais ce n'est pas le cas ici. Ainsi on retrouve des éléments et des personnages, tout droit sorti de Babysitting, qui n'ont pas grand chose à faire ici et font clairement tâche.

Le film n'est donc pas parfait, mais reste perfectible, une suite peut largement corriger les scories de celui ci. Néanmoins c'est l'oeuvre d'un véritable fan, un film qui respire l'amour de l'anime de notre enfance, fait avec sincérité et qui reste globalement hyper agréable et fun. On retrouve le Nicky pervers mais hyper balaise qu'on connait (et non pas le Ryo Saeba du manga donc), mais également Laura et Mamouth particulièrement réussis et une intrigue certes déjà vue ailleurs mais permettant de nombreux gags généralement réussis. Les scènes d'action sont plutôt efficaces dans leur conception mais pas toujours bien exécutées (que Lachau engage un réal de seconde équipe pour ces séquences) et le grain de l'image ultra cheap fait vraiment trop film français. Pourtant Mais qui a tué Pamela Rose avait parfaitement réussi à donner une photographie à l'américaine, c'est donc largement faisable ici.

Une médiocre adaptation de City Hunter, mais un très bon Nicky Larson dans la double lignée de la Génération Club Do et d'Alibi.com et Babysitting. Superbe hommage nostalgique et fou rire garanti. On murmure les Cat's Eye pour le 2 ? Carrément !

note3.5

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie