Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

Hellboy

Écrit par Antephil le .

Tout fout le camp ma bonne dame. Alors qu'une adaptation d'un comic-book iconique se voit fidèle, inventive et d'une violence non édulcorée, le public et les fans s'en sont foutu ouvertement. Est ce que ce reboot d'Hellboy méritait également cette avalanche de critiques assassines et ce foirage au box-office ? Absolument non ! Cette nouvelle adaptation du démon cornu par l'excellent artisan qu'est Neil Marshall est un divertissement bien plus honnette que la pelté d'adaptations sans âme et de blockbusters formatés. 
 
Dés que l'annonce de la réalisation par Neil Marshall il était clairement établi que l'on aurait pas a faire une grosse production Hollywoodienne, que ce Hellboy serait une série B totalement assumée avec ses qualités et ses défauts tout comme le tout premier film de Guillermo Del Toro et sa réalisation qui se permettait d’être clairement a la ramasse, le réalisateur Mexicain étant trés loin alors de maîtriser les scènes d'action. Mais en matière de castagne  et d'hémoglobine Marshall se pose la avec un passif aussi délectable que Dog Soldiers, The Descent ou Doomsday et en plaçant le gros de l'intrigue de ce nouveau départ en Angleterre, ce dernier était donc plus que dans son élément (petit pied rigolo nez a Del Toro en débutant le film au Mexique ?).
 
Incarné par un David Harbour révélé par la série Strange Things, cette nouvelle mouture se veut même supérieure a la version précédente en terme d'esthétique avec un maquillage dissimulant le plus possible les traits de l'acteur, la ou Ron Perlman restait clairement identifiable. Hellboy 2019 a lui une gueule plus démoniaque et renfrogné en parfait accord avec l'attitude encore plus bad ass et violente de cette version. Pour le reste du casting la volé de bois vert avait été de mise avec la participation de Millia Jovovich en tant qu'antagoniste, mais sa performance est heureusement au dessus de la plus part de ses rôles et est ici tout a fait a sa place en tant que tentatrice pour notre anti-héro. On retrouve aussi avec plaisir ce bon vieux Ian McShane (Deadwood, American Gods, John Wick) pour le père d'Hellboy.  Et ici le démon de Neil Marshall coupe rapidement cours avec son prédécesseur, tranchant, éviscérant, versant sans vergogne dans le fun des situations et le gore le plus décomplexé. L'humour des deux films précédents n’était pas le plus poilant, les punchlines étaient davantage mis en avant que les situations purement comiques. Meme constat en 2019, Hellboy n'est pas la pour faire marrer la galerie, mais pour sauver le monde contre son gré ! Un sacerdoce qui ne donne pas forcement envie de déconner. 
 
Impossible de ne pas continuer les comparaisons entre les deux versions, et concernant le bestiaire ce dernier s’avère tout aussi surprenant dans ce nouvel univers. La ou Del Toro donnait dans des créatures plus issues de la fantasy et du fantastique, Hellboy affronte ici une mythologie largement inspirée de la Scandinavie et sortie des pires cauchemars. La rencontre avec la monstrueuse Baba Yaga s’avérant répugnante ou des enfants sont servis en repas et stockés dans une boucherie privative dont même un volet Massacre a la Tronconneuse n'aurait pas osé. Le point d'orgue se fera lors de l'invasion de Londres par les créatures des enfers, clairement reprise du travail du génialissime peintre Polonais Zdzisław Beksiński (après quelques influences pour Alien - Covenant). 
 
Malgré toutes ces qualités ce nouveau film n'obtiendra pas une note plus élevée que celle octroyée ici, la faute a un climax relativement frustrant, des effets spéciaux un peu cheaps, la transformation ultime d'Hellboy n'étant qu'une brève vision d'un possible futur (mais qui a putain de la gueule), et que celui-ci ne prendra même pas part au l'assaut final, se contentant d'un simple geste pour mettre un terme au dessein de la démente sorcière Viviane. Un véritable gâchis avec le tout potentiel dévoilé jusque la ! Heureusement Neil Marshall relèvera la barre dans une baston en forrme d'épilogue excellemment chorégraphiée accompagnée d'une bande son endiablée et fun a souhait qui ouvrait un largement potentiel en matière de mise en scène pour un second volet.
 
Le résultat financier de l'entreprise étant bien en deçà des espérances le projet d'une sequel semble définitivement voué a l'oublie des dires meme de son acteurs principal. Hellboy 2019 n'est pas un film honteux, même loin de la, mais entre un public de fans échaudés par l’échec du troisième film de Del Toro et passés autre chose depuis couplé a une campagne promo assez calamiteuse et présentant le film comme une simili-suite aux films de Del Toro pour enfumer le chaland, rien ne se sera aligné pour faire au moins de ce reboot une bonne réception en salle. 
 
 
note3.5

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie