Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[INTERVIEW] Jordan Fish de Bring Me The Horizon

Écrit par Aurelia le .

Interview avec le nouveau venue Jordan Fish (clavier) pour la promotion du nouvel album du groupe, "Sempiternal".

Aurélia : Bonjour, merci de nous recevoir, donc vous êtes le nouveau guitariste du groupe...

Jordan : Pas du tout, je joue du clavier! Mais ne vous en faites pas, toutes les personnes que j'ai rencontrées aujourd'hui m'ont dit ça!
(Note : Jordan Fish est présenté sur tous les sites comme le nouveau guitariste du groupe mais en réalité il joue du clavier)

Aurélia : Ok, donc vous êtes le nouveau claviériste, vous avez intégré le groupe en janvier dernier. Comment en êtes-vous arrivé à travailler ensemble?

Jordan : J'ai officiellement intégré le groupe en janvier mais nous travaillons ensemble depuis l'été dernier. Avant je jouais dans un petit groupe anglais appelé Worship et Oli était fan du groupe. Il est venu nous voir plusieurs fois en concert et c'est comme cela que nous nous sommes rencontrés, nous avons commencé à évoquer la possibilité de faire quelque chose ensemble. Je suis allé à Sheffield pour travailler sur quelques morceaux avec le groupe et comme tout se passait très bien nous avons décidé de continuer à travailler ensemble.

Aurelia : Le nouvel album de Bring Me The Horizon s'intitule « Sempiternal », pouvez-vous nous en parler?

Jordan : C'est mon premier album avec le groupe qui expérimente ici un nouveau line-up. C'est aussi le premier album de Bring Me The Horizon qui soit signé sur une major, Sony, ce qui représente un grand bond en avant pour nous qui va nous offrir beaucoup de nouvelles opportunités, en tout cas je l'espère. Musicalement, il est très différent des précédents opus.

Aurelia : Justement à ce propos la musique du groupe est souvent définie comme du « Metalcore », pensez-vous que cette définition soit appropriée?

Jordan : Non je ne crois pas, en tout cas ça ne l'est plus aujourd'hui. Avec cet album nous avons essayé de faire quelque chose de différent et de ne pas se limiter à un album de « Metalcore », les autres membres du groupe s'en étaient d'ailleurs déjà éloignés sur le précédent.
Je ne saurais pas dire exactement ce que c'est aujourd'hui, c'est bien évident une forme de Metal mais plus mélodique que ce que l'on peut trouver chez d'autres groupes de Metalcore.

Aurelia : Pourquoi avoir choisi le morceau "Shadow Moses" pour présenter l'album?

Jordan : Je crois que c'est un morceau qui fonctionne comme pont entre l'album précédent et le nouveau son du groupe. Il reprend beaucoup d'éléments que l'on peut trouver sur l'ancien album et présente également ce que l'on va trouver de nouveau : ce chant si particulier, des sons électroniques etc...
Au départ nous n'avions pas d'idée précise de ce que nous voulions pour le premier single mais finalement choisir ce morceau faisait sens pour nous.

Aurelia : "Sempiternal" (en français sempiternel), signifie « éternel, qui est répété indéfiniment », qu'est-ce qui est sempiternel pour vous, à quoi faites-vous référence?

Jordan : Le titre est lié aux paroles de l'album. Le thème principal de l'album est la prise de conscience que, quel-que-soit vos problèmes, votre personnalité, vos afflictions, vos addictions etc... tout ça dure éternellement, on ne peut jamais vraiment s'en débarrasser ni en guérir; mais en revanche on peut apprendre à vivre avec. C'est l'idée directrice de l'album.

Aurelia : Comment avez-vous travaillé sur cet album, au niveau de la composition?

Jordan : Nous avons travaillé tous ensemble dans la maison d'Oli. C'est lui qui écrit les paroles donc c'est de lui que vient le concept global de l'album. J'ai essayé d'adapter ma musique à ce qu'il voulait, il avait une idée assez précise de ce qu'il voulait pour les chansons.

Aurelia : Que pensez-vous avoir apporté de nouveau au groupe?

Jordan : Je ne sais as trop, je pense que j'ai développé des choses qui sont apparues dans l'album précédent en les intégrant mieux au son du groupe, j'ai essayé des les aider à créer des choses différentes que ce qu'ils avaient fait jusqu'à présent.

6171 110612438657 3695885 n

Aurelia : Maintenant que vous avez rejoint le groupe qu'attendez-vous de l'avenir?

Jordan : Pour le moment j'attends de savoir ce que l'album va donner, j'espère vraiment que le public va l'aimer et qu'on va pouvoir jouer les morceaux devant le plus de personnes possibles. J'ai hâte que le public ait pu écouter l'album pour que nous puissions enfin jouer tous les morceaux en live.
Avec le groupe nous avons évoqué différentes possibilités, comme de faire venir un orchestre lors d'un concert pour interpréter les chœurs et les partitions des instruments à cordes que l'on va trouver sur le nouvel album par exemple.

Aurelia : Quelles sont vos influences, personnellement?

Jordan : Radiohead est sans doute mon groupe préféré, je les aime depuis que je suis tout petit. J'étais également obsédé par Deftones quand j'étais plus jeune, ce qui doit probablement m'influencer encore aujourd'hui. Pour le dernier album nous avons travaillé avec Terry Date, le producteur des quatre premiers albums de Deftones, quand j'étais môme c'était une icône pour moi! L'album "White Pony" est certainement le plus important pour moi et celui qui m'inspire le plus encore aujourd'hui de par son atmosphère, les sons électroniques, la manière qu'ils ont d'intégrer les samples à une musique plus heavy. J'aime beaucoup les groupes qui intègrent des sons électroniques comme par exemple Linkin Park l'a fait sur "Hybrid Theory" qui est un album que j'adore.

Aurelia : J'ai lu qu'un différend avait opposé le groupe à son ancien label, obligeant le premier à annuler la sortie d'un album de remix de leurs anciens morceaux, quelle était la nature de ce différend?

Jordan : Je crois que le problème c'était que le label voulait vendre cet album, alors qu'Oli ne voulait pas, il voulait qu'il soit disponible gratuitement donc il a fait en sorte qu'il le soit!

Aurelia : Il semble que, à l'instar de Fear Factory, votre groupe apprécie de remixer ses précédents albums. Pourquoi? Avez-vous prévu de le faire pour le prochain?

Jordan : Je crois que les compositions du groupe se prêtent bien à cet exercice-là parce qu'il n'y a pas que de la guitare, de la basse et de la batterie, il y a plein d'autres éléments. Ça pourrait être sympa effectivement de proposer une version remixée du nouvel album mais comme nous venons juste de le terminer nous n'en avons pas encore parlé. Comme il y beaucoup de sons électroniques ça m'amuserait beaucoup de le faire.

Aurelia : Vous avez entamé une grosse tournée durant laquelle vous allez passer par le Sonisphere. Il semble le groupe ait toujours particulièrement aimé jouer pour des festivals, qu'est-ce qui vous plaît tant et rend ces concerts plus excitants?

Jordan : C'est cette l'atmosphère si particulière qu'on ne retrouve pas dans une salle de concert. Les deux ont quelque chose de plaisant mais ce sont deux atmosphères totalement différentes. Les festivals sont plus...effrayants! (Rires). Les concerts dans les clubs, plus intimistes, sont plus intenses.

Les deux concerts que nous avons faits à la fin de l'année dernière étaient très proches mais très différents. Le premier était plus une sorte d'échauffement, nous avons joué devant 800 personnes et c'était complètement fou, ce genre de moment où tu ne sais pas ce qui peut se passer! Pour le deuxième nous avons joué devant 10 000 personnes, c'était beaucoup plus du gros spectacle avec de gros effets de lumière etc... ce sont vraiment deux choses très différentes, j'aime beaucoup le côté imprévisible des concerts dans les clubs.

Aurelia : Comment vous êtes-vous préparé personnellement pour cette tournée avec des musiciens que vous ne connaissiez pas depuis longtemps?

Jordan : Nous avons travaillé ensemble sur l'album, nous avons beaucoup répété ensemble donc je commence à bien connaître les mecs, ça ne m'a pas du tout parût étrange de jouer avec eux la première fois.

Aurelia : Ça vous fait quoi de monter sur scène?

Jordan : Je suis toujours très nerveux avant de monter sur scène, je sais que certains sont parfaitement détendus mais moi je suis terrorisé. J'aime bien me retrouver seul avant d'y aller, je m'isole dans le silence pendant quelques minutes. Je ne sais pas pourquoi je ne supporte pas que l'on vienne me parler avant que je ne monte sur scène alors je reste dans mon coin, ça m'aide à me sentir mieux, à me concentrer.

Aurelia : Y a-t-il des endroits où vous voudriez vraiment jouer où vous n'êtes encore jamais allé?

Jordan : Oui j'aimerais beaucoup aller jouer au Japon, il paraît que c'est extraordinaire. J'ai hâte d'aller jouer aux États-Unis également et en France, bien entendu!
C'est vraiment excitant de pouvoir jouer dans des pays dans lesquelles je n'étais encore jamais allé comme l'Australie ou l'Afrique du Sud.

Aurelia : Le groupe va bientôt fêter ses dix ans, peut-on s'attendre à une petite surprise pour le célébrer dignement?

Jordan : Quelqu'un d'autre m'a posé la même question ce matin, ce qui me fait penser que ça pourrait être une bonne idée! Je vais peut-être en parler au groupe et voir ce qu'ils en pensent mais je ne crois pas qu'aucun de nous y ait pensé jusqu'à présent. 

BMTH-sempiternal-artwork2

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie

Commentaires