Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[INTERVIEW] Tarja Turunen pour la sortie de "Colours In The Dark"

Écrit par Par Aurelia le .

C'est a la fin d'une journée promotionnelle intense que nous avons pu nous entretenir avec la tres sympathique et lumineuse Tarja Turunen, qui malgré la fatigue (et une interview qui a duré plus longtemps que prévu) nous a parlé de la sortie de son nouvel album "Colors In The Dark", de son premier enfant, ses futurs projets et bien plus encore.

Aurélia : Bonjour, merci de nous recevoir, comment allez-vous?

Tarja : Je vais très bien, merci. Je suis très contente d'être ici à Paris et de pouvoir y faire la promotion de mon album. Ce fut un travail vraiment difficile mais qui m'a permis de rencontrer beaucoup de personnes très intéressantes avec qui j'ai pu parler de leur propre ressenti de l'album, c'est très agréable. Mais ce serait mentir que de dire que ce n'est pas épuisant!

Aurélia : Votre nouvel album "Colours in the Dark" sortira à la fin de l'été, êtes-vous nerveuse?

Tarja : Je suis plus inquiète que nerveuse. C'est vraiment un album très personnel que je vais présenter, j'ai beaucoup appris au cours de ces dernières années, en tant que chanteuse et en tant qu'artiste. Cet album a été un véritable défi pour moi, et c'est aussi un véritable défi que je propose à mon public, je suis inquiète de savoir si celui-ci va apprécier mon évolution.

Aurélia : Que signifie ce titre?

Tarja : Le titre est directement lié à la musique. Pour la première ois je n'avais pas le titre en tête avant d'avoir terminé d'écrire le dernier morceau, qui est d'ailleurs la seule ballade de l'album et qui s'intitule "Until Silence". Il m'est apparu clairement que c'est exactement ce que je fais avec ma musique, je peint des couleurs dans le noirs. J'ai toujours des images très fortes qui me viennent en tête lorsque j'écris mes morceaux ou même que je chante. C'est comme si je peignais des couleurs ou des images, qui étaient présentes dès que j'ai commencé à composer l'album, il y a trois ans. Il y a comme une sorte d'obscurité qui m'entoure, qui vit en moi et dans laquelle je vois beaucoup de couleurs. Si vous écoutez on album vous vous rendez compte que c'est toujours assez sombre mais qu'il comporte énormément de couleurs.

Aurélia : Vous dites souvent que le titre de l'album est ce qui vous vient en premier, ce n'est apparemment pas le cas, qu'est-ce qui vous vient alors en premier lorsque vous composez, la musique ou le texte?

Tarja : C'est toujours la musique qui me vient en premier, je ne peux pas écrire un texte ou même un poème et le mettre en musique ensuite, pas plus que je ne pourrais composer une musique pour le texte d'un autre. J'écris toujours la musique en premier, mais j'ai tout de même besoin d'avoir une idée de ce sur quoi je vais écrire par la suite.

Aurélia : Qui a créé l'artwork de votre album?

Tarja : Je l'ai créé moi-même! En ce qui concerne mes albums aujourd'hui j'ai besoin de tout faire moi-même, je ne peux même pas laisser quelqu'un s'occuper du mixage sans être présente.

Pour cette pochette je me suis rendue en Inde parce que j'avais été très impressionnée par le travail d'un photographe indien que j'avais trouvé sur internet. J'ai vu les photos qu'il avait prises lors du Holi Festival, un festival Hindoue durant lequel les participants jettent sur eux des pigments de couleur et je me suis dit que c'était exactement ce que je voulais faire pour mon prochain album. Je suis allée travailler avec lui dans une ville proche de New Delhi où nous avons essayé de recréer la même atmosphère que celle du Holi Festival et nous avons fait ces photos où je suis entourée d'hommes, ce qui est toujours le cas aujourd'hui dans mon travail! J'aime ces photos puissantes, comme celle que l'on retrouve sur l'artwork du single "Victim of Ritual". C'est le premier artwork sur lequel je n'utilise pas de maquillage mais seulement des pigments de couleur, j'aime cette idée que je m'habille littéralement de couleur.

Aurélia : "Victim of Ritual" est le premier extrait de votre nouvel album, pourquoi avoir choisi ce morceau?

Tarja : Dès que j'ai terminé de composer et d'enregistrer le morceau, qu'il a pris la forme définitive qu'il a aujourd'hui, j'ai su que ce serait celui-là. J'en ai parlé à mon nouveau label, qui m'a immédiatement répondu « Bien sûr, allons-y! », ils adoraient le morceau. C'est la première fois que travaille avec eux et c'est vraiment très agréable de travailler avec une équipe aussi intéressante et qui a autant de considération pour vous.

Aurélia : Au fil de vos albums vous avez développé votre propre sensibilité et vous composez des albums très hétérogènes, comment décririez-vous celui-ci?

Tarja : Aujourd'hui je créé mes morceaux très librement, je ne cherche pas à composer un style de musique en particulier, je ne me sens plus obligée de suivre précisément certaines, même si ce fut très difficiles pour moi du fait de mon éducation musicale (j'ai commencé à étudier la musique à l'âge de 6 ans). C'est peut-être ce qui s'entend sur cet album, une liberté qui s'installe progressivement. Comme je le disais tout-à-l'heure, cet album a été un vrai défi pour moi, je me pousse à aller toujours plus loin avec ma musique.

Aurélia : Le fait de pouvoir vous impliquer pleinement dans le travail de composition, était-ce une liberté qui vous manquait lorsque vous étiez avec Nightwish?

Tarja : Je n'ai jamais écris la moindre chanson lorsque je faisais partie du groupe, je ne savais pas que j'en étais capable, ça ne me manquait donc pas puisque je n'avais ne serait-ce qu'essayé.

Au tout début de ma carrière solo j'ai du trouver le courage d'aller voir ce que j'avais au fond du cœur, là où je n'étais jamais allé. Ce fut la première fois que j'ai eu à me dire « Et maintenant? Qu'ais-je à dire? Qu'est-ce que j'aime? ». les premiers pas vers ce premier album ont été incroyablement difficiles, mais j'y suis parvenue. Avec le deuxième album j'ai senti une certaine confiance s'installer et je me suis vraiment sentie libre à partir du troisième.

Aurélia : Vous considérez-vous plus comme un chanteuse lyrique ou une chanteuse de métal?

Tarja : Pour moi, il n'y a qu'un seule réponse possible : je suis une chanteuse. J'ai la chance de pouvoir chanter sur des registres très différents et de trouver un équilibre entre musique classique et musique rock, j'ai travaillé avec des gens d'horizons différents et j'ai appris beaucoup d'eux. Il m'ont permis de devenir ce que je suis aujourd'hui, ils m'ont inspiré, moi et ma musique. La musique se nourrit des émotions et tout ce que j'ai vécu, tous ceux que j'ai rencontrés, tout cela m'a fit grandir et j'espère que mon public a grandi avec moi.

Aurélia : Beaucoup de personnes pensent que lier classique et métal est une hérésie, qu'avez-vous à leur répondre?

Tarja : La musique classique a toujours été une source d'inspiration, que ce soit pour le métal ou pour le rock. Écoutez les vieux Led Zeppelin, ce sont les meilleurs exemples! J'ai grandi, en tant que musicienne, avec ces deux influences, ça n' jamais été un problème pour moi de faire partie de ces deux mondes. Au contraire je serais très malheureuse si je devais perdre l'une de ces deux partie de moi-même.

Aurélia : Allez-vous faire un concert en France?

Tarja : Oui bien sûr! Et même plus que ce que j'en ai fait jusqu'à présent, j'aime particulièrement venir ici, à Paris, j'adore cette ville!

Aurélia : Les musiciens qui vous accompagnent sur scène sont-ils les mêmes que ceux avec lesquels vous avez travaillé lors des sessions d'enregistrement?

Tarja : Oui, c'est plus ou moins la même équipe. Je travaille toujours avec deux musiciens pour un même instrument parce que ce sont tous des musiciens professionnels qui ont leurs propre projets en parallèle donc les emplois du temps sont très difficiles à mettre en place. Je suis ravie d'avoir rencontré tous ces musiciens talentueux qui font réellement partie de ma vie et de ma musique.

Aurélia : Cela ne vous donne-t-il pas envie de jouer à nouveau dans un groupe?

Tarja : Ce n'est pas dans mes projets pour le moment, ça ne me manque pas parce que j'aime trop la liberté que j'ai acquise de pouvoir faire tout ce que j'aime, tout ce qui me passe par la tête. C'est très différent que d'être dans un groupe où tout les membres ont leur part d'implication. Je n'ai rien contre l'idée, mais pas pour le moment.

Aurélia : Jouez-vous encore des morceaux de Nightwish lors de vos concerts et pourquoi?

Tarja : Oui, je joue en général un ou deux morceaux, je ne sais pas encore lesquels je vais jouer lors de mes prochains concerts. Ça peut être des morceaux que je n'ai jamais chanté avec le groupe ou encore des moreaux que je me sens plus en mesure de pouvoir interpréter aujourd'hui, ou tout simplement des chansons que j'aime chanter parce qu'elles ont une signification particulière pour moi, quelles sont rattachées à de bons souvenirs.

Aurélia : Depuis les débuts de votre carrière solo vous avez travaillé avec Scorpion, avec Doro etc... Avez-vous l'impression que beaucoup plus d'opportunités se sont offertes à vous depuis que vous ne faites plus partie du groupe?

Tarja : Oui, j'ai effectivement beaucoup plus de défis à relever. J'ai beaucoup appris de mes expériences avec chacun de ces musiciens. Ma dernière collaboration a été avec Mike Oldfield, avec qui j'ai chanté sur un morceau de son dernier album et encore une fois ce fut une expérience extraordinaire.

Aurélia : Question très personnelle : pourquoi avoir caché votre grossesse, aviez-vous peur de la pression médiatique?

Tarja : J'ai toujours attaché une grande importance à la préservation de ma vie privée. La naissance de ma fille n'a rien à voir avec ma carrière et je ne voulais pas faire d'elle un produit marketing pour la promotion de ma propre carrière.

Mais les médias ont toujours été très respectueux à mon égard. Cependant je n'aurais jamais cru pouvoir cacher ma grossesse jusqu'à son terme. Je ne suis pas restée cloîtrée chez moi 24h/24 et 7j/7, j'ai tout de même été en tournée pendant les cinq premiers mois. Durant les dernière semaines j'ai rencontré beaucoup de fans qui m'ont demandé si j'étais en ceinte et je répondais, l'air de rien, que j'avais mangé trop de pizzas! (Rires) c'est devenu un grand sujet de plaisanterie avec ma famille et mes amis qui se demandaient comment il état possible que personne ne s'en soit rendu compte!

Aurélia : Vous êtes une personne de défis, concilier votre vie de famille, maintenant que vous êtes mère, et votre vie d'artiste ne vous semble-t-il pas trop difficile?

Tarja : En effet c'est un vrai challenge. Ma fille est bien évidemment la première de mes priorités mais elle la chance d'avoir toujours ces deux parents auprès d'elle. Mon mari travaille avec moi, nous avons l'habitude de voyager ensemble à travers le monde. Nous formons une équipe, une équipe parfaite lui et moi, il nous manquait juste un enfant! Elle est ici avec nous à Paris, elle voyage avec nous depuis le mois de mars, c'est déjà une grande voyageuse! Bien sûr tout cela serait amené à changer si elle n'était pas en bonne santé, sa santé est ce qui compte avant tout.

Aurélia : Revenons à votre musique, en quoi pensez-vous que votre approche musicale ait changé depuis votre premier album?

Tarja : Tant de choses ont changé! J'ai enfin trouvé le courage de m'exprimer pleinement au travers de ma musique. Je me suis révélée être capable d'écrire mes propres chansons, ce dont je doutais beaucoup auparavant!

Aurélia : Comment voyez-vous l'évolution de votre musique, qu'avez-vous envie d'expérimenter à l'avenir?

Tarja : J'espère rester aussi énergique et heureuse que je le suis aujourd'hui. Ma fille va sans aucun doute m'inspirer beaucoup de nouvelles choses car la maternité est une expérience incroyable et unique. J'espère pouvoir rester aussi expressive que je le suis aujourd'hui. Je vais continuer à exercer ma voix, parce que je sais que je ne pourrai jamais être parfaite mais seulement meilleure, c'est un constat qui s'applique à toute les composantes de la musique, que ce soit en ce qui concerne l'écriture ou la performance artistique. Être musicien est une expérience très constructive et j'espère vraiment que ça ne s'arrêtera jamais, ça serait terrible pour moi!

Aurélia : Merci beaucoup et désolé d'avoir fait durer l'interview un peu plus longtemps! J'espère que vous n'êtes pas trop fatiguée!

Tarja : Non, aucun problème, c'est vrai que je commence à fatiguer un peu mais ce fut un plaisir!

tarjacolourscover

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie

Commentaires