Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[INTERVIEW] : ADRIEN L. DE COWARDS POUR LA SORTIE DE "RISE TO INFAMY"

Écrit par Antephil le .

Les Parisiens de Cowards viennent de sortir leur troisième intitutlé "Rise To Infamy", un excellent brulot noise hardcore qui nous donne l'occasion de questionner Daniel L. (guitare) sur celui-ci, de faire un point sur la discographie et les influences du combo, les groupes et la scène du mouvement. Attention au franc parlé du musicien qui ne risque de heurter les plus diplomates d'entre vous ... urban style !

Church : Hello ! Une petite présentation de Cowards pour ceux qui ne vous connaîtraient pas encore ? 
 
Adrien L : On est un groupe de Paname et apparemment on jouerait du blackened hardcore ou une autre étiquette débile. Pour faire simple, cowards c'est supposé être hostile, bas du front et catchy comme un PU$$Y d'Iggy Azalea. Ca ne fait que 3 ans qu'on existe, autant dire qu'on vient d'arriver dans le game. On a sorti un album sur Throatruiner et un EP sur Throatruiner, Ruins Records et Deadlight Entertainment avant de sortir Rise To Infamy, chez ces 3 mêmes labels qui nous apportent confiance et soutien depuis une paire d'années maintenant.
 
Church : Comment le groupe décrirait "Rise To Infamy" par rapport aux deux efforts précédent, "Shooting Blanks & Pills" et "Hoarder" ?
 
Adrien L : Dans l'idée, "Rise To Infamy", c'est plus. Plus con, plus travaillé, plus sombre, plus fatiguant et plus fatigué.
 
Tout ce dont on a toujours rêvé. Jusqu'au prochain.
 
Church : Des critiques reprochent a "Rise To Infamy" de ne pas proposer beaucoup de changements par rapport a "Shooting Blanks & Pills" et "Hoarder", quelle réponse Cowards pourrait leur adresser ?
 
Adrien L : D'une part, l'idée n'a jamais été de révolutionner quoi que se soit et dès le départ, ni SB&P ni Hoarder n'apportaient aucun changement à tout ce qui a déjà pu être dit sur le sujet par d'autres, plus connus ou non, on n'a ni le désir ni la prétention de proposer quoi que se soit d'autre que notre propre envie de vendre notre came. 
 
D'autre part, pour ne pas voir de différence entre le Rise et ses prédécesseurs, en toute arrogance, il faut  avoir un problème de concentration. Que ça soit dans une approche de production, au niveau du son donc, ou d'un côté plus « musical » pour ainsi dire, tellement de choses ont évolué.
 
Mais bon, au final, c'est vrai qu'on a gardé le même champ lexical, les même nuances de gris donc on ne peut pas vraiment leur en vouloir, et puis une fois que le disque est sorti, il n'est plus à nous, les gens diront ce qu'ils ont à dire mais on ne te mentirait si on ne disait pas qu'on préfère toujours ceux qui détestent ou méprisent notre musique avec passion que ceux qui restent indifférents.
 
Church : "Rise To Infamy" est un album de noise hardcore dont les influences sludge et black metal sont citées, quels sont les groupes de ces styles qui influencent donc la musique du groupe ?
 
Adrien L : Etiquettes, étiquettes, on n'en a rien à foutre. Quant aux groupes qu'on écoute, ça va de Celtic Frost à Sangraal, en passant par Only Living Witness, Wu Tang Clan, Allman Brothers, Rory Gallagher, Dystopia... On n'écoute pas vraiment grand chose dans notre style, ou alors pour se rappeler de ce qu'il ne faut pas faire.
 
Church : L'atmosphère urbaine se fait beaucoup sentir sur "Rise To Infamy", être un groupe Parisien joue t il un rôle particulier dans la musique de Cowards pour y apporter cette touche supplémentaire ?
 
Adrien L : Merci, ça faisait partie de nos envies et on est assez content que ça se sente apparemment. Après tout on est beaucoup plus pot d'échappement que pot de terre dans nos vies personnelles et ça aurait été idiot de vendre la forêt en écrivant des riffs dans notre cave de la banlieue parisienne. Le fait d'être des rats des villes joue probablement un rôle là dedans effectivement, après, Paris ou Porto, on aurait fini par être les mêmes types. 

Church : Vous êtes signés sur l'excellent label Français Throatruiner Records, comment le travail se passe t il avec celui-ci ?
 
Adrien L : C'est très simple : ça se passe extrêmement bien avec les trois labels avec qui nous travaillons. Dans les faits, une fois qu'on a décidé de se remettre à écrire, on prévient tout le monde, en leur demandant si sur le papier ils seraient intéressés, selon leur réponse, une fois qu'on a les démos, on leur fait tourner et on a une réponse de principe, pourvu que l'enregistrement final soit à la hauteur.
 
On n'est jamais vraiment sûrs qu'ils acceptent tant qu'on a pas fini d'enregistrer, on n'a pas de contrat avec eux, ils ne nous doivent rien mais on se sent très redevables. C'est une situation assez confortable finalement, et ça nous pousse à faire les choses bien.
 
Church : Le noise hardcore n'est pas un milieu hautement présent dans les médias dit "populaires." Quelle est l'ambiance au sein de cette scène en France ?
 
L'ambiance est toujours excellente à nos soirées. Aux leurs je sais pas trop, on n'est pas souvent invités.
 
Blague à part, il nous semble qu'on a en France une scène qui regorge de bons groupes qui, sans qu'on soit fans inconditionnels de tous, cherchent à aller de l'avant, je pense à Lodges, Plebeian Grandstand, Nesseria, General Lee, Rodeo Idiot Engine, Verdun, Plevre ou Mad At The World pour n'en citer que quelques uns. Mais de l'avis de beaucoup, les organisateurs souvent, il y'a un manque de motivation de scène justement, à soutenir les concerts. Que les choses soient claires, on ne se plaint pas, nous ne sommes pas nous même les types présents à tout les shows mais bon, il paraît qu'on est parisiens, blasés et méprisants, doublés de poseurs arrogants, alors on ne va voir que les concerts des groupes qu'on aime bien. C'est idiot parce que d'un côté on aimerait bien que ça bouge plus mais de l'autre, qui a envie d'aller à un concert d'un groupe dont le son ne lui procure rien, même pas une vague tiédeur au bas ventre ?
 
Church : Y'a t'il des groupes  en particulier avec qui Cowards aurait envie de partager la scène a l'avenir ? 
 
Adrien L : Pulling Teeth, Black Spirals, Celtic Frost sur la tournée Monotheist et Section 8 si tout ces groupes existaient encore... Integrity pour les revoir jouer par la même occasion, Gehenna (US) pour la légende, Blind To Faith parce que leur son est bon, Arkangel parce que, merde, tu as déjà vu Baldur sur scène ? (ndr : non, mais je ne demande que ca !)
 
Church : Quels sont les projets du groupe a venir ?
 
Adrien L : Profiter du temps qu'on a pour faire de la date et se remettre à écrire le plus tôt possible pour pouvoir tourner le plus loin possible de chez nous. 
 
Church : Un mot pour les fans ?
 
Adrien L : Qui ? 
 
Church : Merci !
 
Adrien L : Merci à toi.
 
 

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie

Commentaires