Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[INTERVIEW] : Yusaf de Dødheimsgard pour la sortie de "A Umbra Omega"

Écrit par Phantasm et Eraziel (traduction Marie-Eleonor) le .

Interview du guitariste/ batteur Yusuf Parvaz pour la sortie du nouvel album de black expérimental de Dodheimsgard. Celui nous explique le retour du groupe avec "A Umbra Omega" après 8 années d'absence, l'état d'esprit actuel dans lequel se trouve les Norvégiens que l'on connait pour n'en faire qu'a leur bulbes et qui n'on que faire de ce qui peut aller au delà leur passion pour la musique du combo. Des albums, des concerts pas de superful !

Church : Hello and welcome back ! Cela fait donc 11 années que Dodheimsgard était absent de la scène. Pourquoi une telle absence ? Quelles sont les motivations de ce retour ?
 
Yusaf : Eh bien… Pour être exact, il ne s’agit que de 8 années, mais je reconnais que ce n’est pas rien. Durant la majeure partie de ce laps de temps, nous n’avons pas bougé mais nous n’avons pas tellement été productifs, niveau albums. Nous avons fait une pause vers 2008-2009 parce que j’ai accompagné NaerMataron et Code en tournée, mais en dehors de cela, nous avons continué à travailler ensemble. J’ai  aussi traversé une période difficile durant laquelle j’ai eu du mal à trouver la direction de cet album. Je visualisais bien les grandes lignes mais trouver comment les retranscrire  a longtemps été un mystère. Même si tous nos albums sont différents en termes de structures et de formes, la composition des morceaux est souvent un processus linéaire. Quand je m’attaque à un nouvel album,  la musique a tendance à ressembler à ce que j’avais composé pour l’album précédent. Je dois lentement me reprogrammer pour pouvoir me diriger vers ma nouvelle voie. Nous avons également connu de nombreux changements de line-up au fil des années, même si, quelque part, cela est presque devenu une marque de fabrique. Avoir des éléments constants et des portes à tambour donne une bouffée d’air frais chaque fois que l’on relance le groupe.
 
Church : Dodheimsgard était un groupe à l'avant-garde du black metal, mais depuis la séparation du groupe, la scène s'est considérablement développée et bon nombre de groupes ont depuis largement dépassé les frontières du style en y incorporant divers éléments. Cela ne risque-t-il pas d'être plus difficile pour Dodheimsgard de se refaire un nom et retrouver sa place de la grande époque ? Le groupe doit-il refaire ses preuves ?
 
Yusaf : Ce sera à vous de juger ! Honnêtement, je n’en sais rien et je m’en moque. "A Umbra Omega" ne sera pas accessible à toutes les oreilles. Cet album n’est absolument pas destiné au grand public. Il y a une condition à respecter en l’écoutant : s’y investir. Il est ambitieux musicalement parlant, à défaut de l’être sur le plan commercial. En ce qui concerne l’aspect avant-gardiste, je ne suis pas personne la mieux placée pour vous dire si notre musique tient toujours ses promesses, étant donné qu’énormément de groupe se sont lancés dans ce style avec succès. Ce sera vraiment au public de décider. 
 
Church : "A Umbra Omega" marque-t-il une continuité par rapport aux albums précédents ?
 
Yusaf : Dans quel sens ? Il marque une continuité avec "Supervillain Outcast" sur le plan chronologique mais pas sur le plan musical ou conceptuel. Je veux vraiment que chacun de nos albums tranche avec les précédents et qu’il soit une entité à part entière. Certains fans estiment que cet album est une suite à "666 International" et c’est leur opinion. Je reconnais que les deux albums présentent quelques similitudes mais je considère qu’ils ont plus de différences que de points communs. Et conceptuellement parlant, ils sont très éloignés l’un de l’autre.
 
Church : La durée des titres de l'album est particulièrement longue, sans compter l'introduction. Cela fait donc 5 titres dont la durée tient entre 11 et 15 minutes. Pourquoi ce choix ?
 
Eh bien… Le concept de l’album était très abstrait. Le narrateur suit une transformation et l’auditeur est invité à être témoin de cette transformation. Bien que l’auditeur ne soit pas au plus près del’action, il a des informations sur le résultat en termes de pensées et d’idées qui peuvent venir à l’esprit quand il s’agit d’une question de vie ou de mort. Puisque la narration ne prend en considération ni l’espace, ni le temps, ni la chronologie, il m’a vraiment semblé que restreindre ce concept à la structure conventionnelle des titres donnerait un résultat très confiné et artificiel. J’ai pensé que la meilleure façon d’exprimer une transformation serait de laisser les titres contenir eux-mêmes de véritables transformations. Après avoir abandonné l’idée de conventionalité dans la structure des titres, j’ai laissé les morceaux évoluer pour qu’ils puissent raconter l’histoire de la meilleure façon possible. Nous avions aussi à l’esprit l’idée selon laquelle la musique n’a jamais déterminé un moment dans le temps. Elle doit être jouée à un moment donné. Nous sommes programmés pour interpréter ce qui est conventionnel comme conventionnel. Des forces commerciales pilotent cette interprétation.
 

 
Church : Comment s'est passé le processus de composition ? Pourquoi avoir décidé de s'écarter des ambiances de "666 International" ? 
 
Yusaf : Puisque nous avions déjà sorti “666 International”,  que faire de plus ? Je ne voyais pas l’intérêt de préparer un “666 International”, 2e partie. Il y a un point auquel je tiens concernant cet album, ou n’importe quel autre de nos albums d’ailleurs, c’est que nous le clonerons pas. Cela dit, je veux que chaque album puisse évoluer et, d’une certaine façon, qu’il puisse montrer l’évolution des auteurs des titres. Cela donne à nos œuvres une certaine honnêteté. 
 
Church : Les drogues sont-elles encore une source d'inspiration comme pour "666 International" ?
 
Yusaf : Les drogues n’ont jamais été une source d’inspiration pour “666 International”. Elles ont pu être un outil pour vouloirassurer dans des moments difficiles, mais elles n’ont jamais été une source d’inspiration en tant que telles. Le fait d’adopter un mode de vie rigoureux ou non n’est pas vraiment intéressant. Devenir un personnage artificiel, ce n’est pas trop mon truc. Je n’apprécie pas particulièrement le culte de la personnalitéqui a infesté notre scène, ces dix dernières années.
 
Church : Le son de l'album est assez brut. Quelles ont été les conditions de son enregistrement ? Celui-ci a-t-il été effectué directement de manière "oldschool" via les micros ou un reampinga-t-il tout de même été fait ?
 
Yusaf : Aucun traitement numériquedu signal n’a été effectué. Je ne suis pas un grand puriste en la matière. C’est tellement  branché de suivre la tendance du traitement manuel, en ce moment. Pour moi, le traitement manuel et le traitement numérique sont tous les deux des outils efficaces  qui peuvent te donner le résultat que tu veux. Cela dépend juste…de ce que tu veux ! Cela dit, cet album avait concrètement besoin d’espace  pour être en accord avec la musique et le texte sur le plan phonique. Les enregistrements non numériques vous assurent un meilleur rendu brut de décoffrage et quelques surprises magiques en fonction de l’impact produit sur le son et de la réaction de ce dernier dans un environnement ouvert.
 
Church : De par son hiatus, Dodheimsgard n'a pas pu fêter ses 20ans de carrière en 2014. Est-ce un regret pour les membres du groupe ? La sortie du nouvel album pourrait-elle être une occasion de les fêter ?
 
Yusaf : Cela dépend de la façon dont on considère les choses. Notre premier album est sorti en 1995, donc 2015 est l’année de nos 20 ans, sous cet angle. En même temps, je m’en moque pas mal. Fêter les anniversaires, très peu pour moi. Je préfère me concentrer sur l’art en tant que tel plutôt que sur tout l’air qu’on peut brasser autour. 
 
Church : Une tournée pour promouvoir "A Umbra Omega" est-elle envisagée ? 
 
Yusaf : Oui, plusieurs tournées sont prévues. Si tout va bien, nous aurons l’occasion d’interpréter nos titres devant ceux qui les apprécient très bientôt. 
 
Church : Un mot pour vos fans ?
 
Yusaf : Merci. 

1000x1000 1

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie

Commentaires