Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[INTERVIEW] : Mike Gallo d'Agnostic Front pour la sortie de "The American Dream Died"

Écrit par Korbendallas (traduction Marie-Eleonor) le .

Interview de Mike Gallo (basse) d'Agnostic Front pour nous en dire plus sur "The American Dream Died", le nouvel album du groupe paru chez Nuclear Blast, qui est assurément l'un des opus les plus vindicatifs et directs des coreux New Yorkais. Apparemment de trés bonne humeur Mike nous révèle également quelques anecdotes sur sa vie dans et en dehors de la légende Agnostic Front.


Church : Le 11e album d’Agnostic Front, "The American Dream Died", est sur le point de sortir, 4 ans  après "My Life, My Way". Qu’avez-vous fait pendant ce temps-là ?
 
Mike : Beaucoup de choses ont changé, en fait. Nous avons un nouveau guitariste. Il s’appelle Craig Silverman. Vous le connaissez peut-être déjà car il a fait partie de différents groupes : Blood for Blood, Ramallah, Slapshot et Only Living Witness. La scène, il connait bien ! On s’est donné beaucoup de mal pour ce nouvel album. Le fait qu’il sorte cette semaine nous rend assez fébriles !On dirait bien que le gouvernement et nos soi-disant dirigeantscontinuentet de nous humilier et de fairecouler notre pays. Comme vous pouvez le constater à l’écoute de notre nouveau disque, nous abordons des problématiques très actuelles.
 
Church : Tu es présent dans le groupe depuis 2001. Comment situes-tu ce nouvel album par rapport aux autres que tu as enregistrés et dans la discographie d’AF ?
 
Mike : Je crois que cet album est le plus puissant que nous ayons sorti depuis mon arrivée. C’est vraiment du lourd : 16 titres,  28 minutes ! A mon avis, il est bien plus à l’image du groupe que ne l’étaient nos derniers disques. Je fais partie d’un groupe qui sort régulièrement des albums depuis plus de trente ans donc je peuxdire que nous avons toujours proposé des titres de bonne qualité, maispour ce nouvel album, je dois reconnaître qu’ona vraiment bien fait les choses. Il a tout pour devenir une référence.
 
Church : J’ai l’impression qu’il y a une sorte de retour aux sources sur "The American Dream Died", avec des titres agressifs et un sentiment d’urgence plus présent que sur vos derniers albums. Es-tu d’accord avec moi ? Etait-ce quelque chose que vous aviez prévu ou cela s’est-il fait naturellement ?
 
Mike : Nous tentons une approche différenteen revenant un peu plus encore à nos racines. Je pense que le fait d’avoir ressorti d’anciens titres et d’en avoir joué une bonne partie sur scène nous a naturellement amenés à écrire un album comme celui-là. A aucun moment nous ne nous sommes dit que nous devions écrire un album qui aurait ce son-là. Nous avons sélectionné les titres qui nous semblaient les plus puissants et nous leur avons donné cette touche oldschool. Il y a 8 titres que nous avons enregistrés en jouant tous ensemble dans la même pièce. Nous baptisé le résultat les « Sunday Matinee Sessions ». Nous avons joué chaque morceau 3 ou 4 fois et nous avons choisi la version qui nous semblait la plus « brute ».
 
Church : Je trouve que cet album présente toutes les facettes d’AF, tout ce qui fait votre style. Quels sont, selon toi, les titres qui le représentent le mieux ?
 
Mike : Mes titres préférés, et à mon avis les plus représentatifs du groupe, sont "Reasonable Doubt", "Police Violence", "Only in America" et "Old New York". Chacun de ces titres possède ce son typique d’Agnostic Front. On dirait que ces morceaux ont été écrits dans les années 80 et, pourtant, ils ont quelque chose de très actuel. Je trouve que "Old New York" pourrait être une nouvelle version de "Gotta Go". C’est dans la même veine.
 

Church : AF est à l’origine de toute une scène. Quel est ton sentiment sur celle-ci à l’heure actuelle ?
 
Mike : Partout où nous allons, nous sommes impressionnés de voir autant de gamins adorer cette musique. La mouvance « hardcore » est devenue internationale. Nous nous sommes produits partout : à Istanbul, en Bulgarie, au Japon… Cette scène s’est énormément développée dans toutes les grandes villes. C’est incroyable ! Jouer nos titres et de rencontrer notre public aux quatre coins du monde, c’est toujours quelque chose de fabuleux !
 
Church : Il est difficile de parler D’AF sans parler de Roger Miret et Vinnie Stigma… Peux-tu nous révéler une ou deux anecdotes concernant ces légendes du hardcore ? Quel a été ton ressenti lorsque tu as rejoint le groupe ?
 
Mike : Je ne suis pas un conteur exceptionnel mais je peux vous parler un peu de ces gars-là. Si le groupe est toujours debout après plus de 30 ans d’existence, c’est grâce à leur amour et à leur passion pour la musique et la scène. Roger est notre « monsieur sérieux ». Il gère tout ce qui concerne Agnostic Front et il prend les meilleures décisions qui soient pour le groupe. Son éthique professionnelle est incontestable. Il est le moteur qui continue à faire tourner la machine après toutes ces années. Vinnie assure plutôt le côté relationnel. C’est une fonction moins sérieuse mais il est très ouvert et il va à la rencontre du public. Il discute avec tout le monde lors des concerts. Il est très bon pour mettre l’ambiance. Tout le monde aime Vinnie parce qu’il est très accessible. Roger et lui forment un tandem génial. Comme ils disent : « C’est comme un mariage raté qui tient grâce aux enfants ».
 
Church : Vous repartez sur la route, notamment en Europe prochainement… Quel est ton meilleur souvenir de tournée ? 
 
Mike : J’ai gardé tellement de bons souvenirs de nos tournées européennes que j’aurais du mal à en choisir un ! Je peux vous raconter une histoire complètement folle qui s’est déroulée lors du Persistence Tour, la première fois que j’ai collaboré avec le groupe. Nous partagions un bus avec Hatebreed et Discipline. Le bus ressemblait plutôt à un bateau pirate ! Nous nous sommes retrouvés avec un autre bus, sur la route. Au moment où l’autre bus est arrivé à notre hauteur, ses passagers ont pu nous entendre crier et faire la fête. C’est dire combien c’était puissant ! Je n’oublierai jamaiscombien on a pu s’amuser dans ce bus ! Je garde aussi un excellent souvenir de notre visite du Colisée, à Rome. La ville est magnifique, pleine d’endroits à découvrir. J’ai aussi beaucoup aimé la Russie.  Voir le Kremlin depuis la place Rouge était assez impressionnant ! J’ai une chance incroyable d’avoir eu la possibilité d’aller dans tous ces lieux extraordinaires et de voir comment les gens vivaient, quel que soit l’endroit du monde.
 
Church : Hors AF et Stigma, quelles sont tes activités ?
 
Mike : Je suis coiffeur et barbier à plein temps lorsque je ne suis pas sur la route. J’ai commencé à exercer il y a quelques années maintenant. Mes horaires sont très flexibles, ce qui me permet de m’absenter quand je le souhaite. C’est, pour moi, l’activité idéale en dehors de la musique.
 
Church : Quels sont vos projets après la sortie de cet album ?
 
Mike : Nous allons sortir un clip pour chacun de ces 5 titres : "The American Dream Died", "Police Violence", "Never WalkAlone", "Old New York" et "A Wise Man". L’album est si riche que nous estimons que nous devons réaliser ces vidéos pour illustrer correctement le contenu de l’album.
 
Church : Un mot pour les lecteurs de Church of Nowhere et pour vos fans ?
 
Mike : Soutenez matériellement l’industrie musicale. Achetez votre musique, ne la volez pas. Assistez à des concerts et ouvrez-vous aux autres.Les expériences ne se font pas devant un écran mais dans la vraie vie. Voyagez et découvrez tout ce que le monde vous offre. «Wake the Fuck Up People » (« Réveillez-vous, merde ! »).
 

1000x1000 1

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie

Commentaires