Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[INTERVIEW] Mike Cox de Coal Chamber pour la sortie de "Rivals"

Écrit par L'Escargot (traduction Marie-Eleonor) le .

Interview de Mike Cox (batterie) à propos de la reformation de Coal Chamber et du nouvel album de la formation américaine... qui sera donc suivi, nous l'espérons, par de nombreux autres

Alors… Comment ça va ?

Merveilleusement bien. Notre planning est très chargé avec la sortie du nouvel album.
 
OK ! Tu assures donc la promotion du nouvel album de Coal Chamber. Qu'est-ce que ça fait de sortir un nouvel opus au bout de 13 ans ?
 
C'est génial! On dirait presque que le groupe est tout neuf ! Il y a cinq ans, nous avons appris à devenir amis. On a appris à se connaître. On n'envisageait même pas d'enregistrer un disque. En 2012, nous avons fait une tournée qui s'est très bien passée. Suite à cela, nous avons commencé à composer de nouveaux titres. On a enregistré l'album et, aujourd'hui, tout se passe vraiment bien. Nous sommes plus forts que jamais !
 
Merci. Pour ceux qui ignoraient que vous vous étiez reformés, pourrais-tu expliquer comment cette reformation s'est déroulée ?
 
Durant des années, on a discuté au téléphone et on a fini par devenir amis. En 2012, il nous a été proposé de participer au festival Soundwave, qui se déroule en Australie, et on accepté l'offre. Les shows ont été incroyables. On voulait revivre ça tous ensemble, alors on a décidé de continuer. Quand le groupe s'est séparé, il y a des années maintenant, on n'a pas terminé ce qu'on avait commencé. Alors c'est bon de revenir et de finir ce qu'on avait commencé. Ça fait du bien.
 
D'accord ! Avez-vous eu des retours de la part du public à la suite des concerts que vous avez donnés ? Quels ont été les retours du public après des années d'absence ?
 
C'est comme si on ne s'était jamais séparés. Le public nous dit qu'on est plus forts que jamais, surtout sur cette nouvelle tournée américaine et sud-américaine. La foule chantait nos nouvelles chansons avec nous. Que les fans soient toujours de notre côté après une séparation de douze ans et qu'ils soient si énergiques, ça m'épate complètement. Et ça ne fait que commencer. Ce n'est que le début, pour nous.
 
Donc tu penses que c'est un vrai retour qui ne durera pas que le temps d'un album ?
 
Oui. S'il n'avait été question que d'un album, je n'y aurais pas participé.
 
Entendu !
 
Et je pense qu'aucun de nous n'aurait été de la partie ! Quand on a décidé de reformer le groupe, l'un des points fondamentaux était d'envisager un retour sur le long terme. Sinon, on se serait vite disputés. L'idée d'une reformation solide nous a tous enchantés. Je me connais, s'il n'avait été question que d'un album, je n'y aurais pas participé.
 
Bien sûr. Dans quel état d'esprit avez-vous enregistré ce nouvel album ? Collaborer avec ses camarades après toutes ces années, comment c'était ?
 
Je me suis dit : « putain, allons-y ! ». J'étais très motivé. Quand on a commencé à composer les nouveaux titres, on pouvait écrire un morceau par jour. Nadja venait et elle envoyait la musique à Dez, qui chuchotait les textes au téléphone ou les envoyait par SMS. On a composé les chansons au téléphone parce qu'on habite pas tous dans le même coin. Ça s'est mis en place comme ça. Comme je le disais, écrire une chanson nous prenait une journée ou presque. On a même dû s'arrêter parce qu'on était trop productifs ! Il a fallu qu'on fasse une sélection pour l'album. Tout s'est déroulé très vite. C'était bien.
 
Super ! Parlons de l'album, à présent. "Rivals" est très fidèle au style de Coal Chamber. Pourquoi avoir choisi de rester si proche du nu metal sans y apporter d'éléments plus modernes ? C'est sympa, mais…
 
Quand le groupe s'est formé, il y a longtemps déjà, le nu metal n'existait pas. L'appellation est arrivée par la suite. Le fait que notre musique soit qualifiée de « nu metal » ne nous pose aucun problème. On compose comme on le sent. C'est exactement comme cela qu'on a envisagé les choses au moment de l'écriture. On fonctionne comme on l'a toujours fait, donc on fait du Coal Chamber, inévitablement. Pour cet album, on a voulu un son un peu plus brutal, bruyant, un peu plus agressif. Quand on a écrit le précédent album, on était des gamins. Notre son a énormément évolué depuis nos débuts, c'est clair.
 
Peux-tu nous parler un peu de la participation du chanteur de Ministry, Al Jourgensen, sur "Suffer in Silence" ?
 
Dès l'école primaire, Ministry a fait partie de mes groupes préférés et c'est d'ailleurs toujours le cas. C'était génial de pouvoir enregistrer un titre avec lui. Il a enregistré chez Dez et quand je suis allé là-bas… Enfin voilà, c'était lui ! C'est un mec très sympa. Il s'est occupé de mon fils. J'ai un bébé. J'étais déjà très honoré de parler avec lui au téléphone. Il a parfaitement choisi la chanson sur laquelle collaborer. Sa voix et celle de Dez se marient très bien.
 
Cool. Ça doit faire bizarre de s'atteler à la composition d'un nouvel album de nu metal alors que le mouvement a disparu il y a quelques années.  La concurrence ne doit pas être trop rude, non ? 
 
La comparaison ne nous gêne pas. Que notre musique soit qualifiée de « nu metal » ne nous pose pas de problèmes. Les gens peuvent coller n'importe quelle étiquette sur notre musique, on s'en fout complètement. On aime jouer nos titres et on le fait sincèrement. Quand on se produit sur scène, les concerts sont déments ! Notre style pourrait être qualifié de polka que j'en n'aurais rien à foutre ! On joue nos morceaux et on se donne à 100 % à chaque fois. Rangez-nous dans ce que vous voulez, ça me va.
 
 
Pas de soucis ! Est-ce qu'une tournée est prévue ? Allez-vous donner quelques concerts en France, ce que j'espère, ou même ailleurs en Europe ?
 
Oui ! En ce moment, on est sur… On part le 18 pour une série de concerts au Royaume-Uni. On va être occupés un bon moment, là-bas. Ensuite, on se produira ailleurs en Europe et on reviendra chez nous pour de nouvelles dates américaines. Des concerts sont également prévus en Australie. On retournera sans doute en Europe pour une tournée complète. Nous devons attendre que le disque sorte partout pour envisager d'autres projets. On participera à une tournée dont on a déjà certaines dates. J'adore la France. J'adorerais descendre dans le sud de la France.
 
D'accord. Merci ! J'espère vous voir bientôt. Parallèlement au grand retour de Coal Chamber, j'ai vu que d'autres groupes qui ont débuté à la même période que vous avaient aussi une actualité. Ils se reforment ou ils sortent un nouvel album. Penses-tu qu'il y a un phénomène de retour ? Personnellement, j'y crois, mais je ne sais pas si tu seras du même avis.
 
Parmi tous les groupes qui existaient lorsque nous sommes arrivés… La plupart d'entre eux sont toujours présents, comme Korn. Quant aux autres… Je pense qu'ils ont tous connu la même agitation que nous. Nous n'étions que des gosses et, tout d'un coup, nous nous sommes retrouvés à voyager aux quatre coins du monde. On a fini par ne plus s'apprécier. On ne s'amusait plus. Lorsque nous nous sommes séparés, je ne voulais plus partir en tournée, je ne voulais plus faire partie d'un groupe. Ça ne m'amusait plus du tout. Il me semble que tous les musiciens qui officient dans ce style de musique ont gagné en maturité, avec l'âge. S'ils continuent à jouer, c'est à nouveau pour le plaisir. En revanche, le fait que beaucoup de groupes reviennent sur le devant de la scène n'est qu'une coïncidence, à mon avis.
 
Penses-tu qu'il y a de la nostalgie pour le groupe, que les fans voulaient qu'il revienne ?
 
Quand tu fais partie d'un groupe et que ce groupe se sépare, tu as vraiment du mal à le digérer. Douze ans sans lui… Je voulais continuer à jouer. Je ne crois pas qu'un musicien puisse ne plus avoir envie de faire partie d'une formation. Tu t'imagines encore dans un groupe à quatre-vingt-dix ans.
 
Comme beaucoup de groupes issus de la mouvance nu metal, votre chanteur, Dez, a poursuivi sa carrière au sein de Devildriver, après la dissolution de Coal Chamber. Comment expliques-tu l'intérêt que le public a continué à porter à son égard et à l'égard de son projet parallèle ?
 
Personnellement, j'adore son autre groupe et j'adore le fait que chacun puisse avoir un deuxième groupe, à côté.  C'est une bonne chose. Le style rappelle celui de Coal Chamber, c'est toujours assez massif. Lorsque l'on mène un projet en parallèle, on veille toujours à ce que ce ne soit pas trop proche de Coal Chamber. Devildriver est un groupe solide. Sans lui, je ne crois pas qu'on aurait réussi à se reformer. C'est une bonne chose. Au final, c'est une histoire de gens qui font de la musique, alors plus ils peuvent jouer et mieux c'est.
 
Qu'as-tu fait durant ces douze années ? As-tu participé à d'autres projets ? As-tu arrêté la musique ?
 
Il y a eu la prison. Ça a été difficile. J'ai eu beaucoup de problèmes. J'ai arrêté la musique durant quatre ou cinq ans. J'ai cessé de jouer après la séparation de Coal Chamber. J'ai eu des boulots ordinaires. Je ne suis revenu dans le secteur musical que récemment, il y a cinq ans. Je ne voulais plus faire partie de l'industrie musicale, c'est un milieu vraiment malsain. Il y a cinq ans, quand j'ai recommencé à jouer, j'ai participé à des projets d'un style complètement différent de celui de Coal Chamber. J'étais de nouveau musicien, donc c'était sympa.
 
Cool ! Content que tu sois revenu !
 
Ouais ! Je suis content d'être sorti de prison !
 
Comment expliques-tu que des groupes comme Korn, Deftones, Limp Bizkit et Coal Chamber, je l'espère, puissent avoir toujours autant d'énergie et de fans, aujourd'hui ?
 
Je pense que c'est le genre musical qui fait cela. C'est très énergique et presque thérapeutique. Tous les groupes que tu as mentionnés font part de leurs expériences personnelles dans leurs chansons, et on l'exprime bien fort sur scène. Ces groupes sont de plus en plus solides. Nous espérons que ce sera également notre cas, après douze ans d'absence, et que nous serons aussi forts que les autres groupes.
 
D'accord. Merci beaucoup. C'était ma dernière question. Veux-tu ajouter quelque chose ? Un petit mot pour vos fans ou pour les lecteurs ?
 
Nous sommes extrêmement reconnaissants envers les fans qui ont continué à nous être fidèles après tant d'années de séparation. Nous avons détruit le Coal Chamber qu'ils connaissaient et nous nous en excusons auprès de tout le monde. On essaye de se réconcilier. Nous sommes plus forts que jamais. On viendra jouer près de chez vous. On va jouer partout dans le monde.
 
J'espère vous voir très vite. Merci beaucoup ! A bientôt, j'espère !
 
Oui ! On viendra vous voir bientôt. On y travaille.
 
Merci beaucoup.
 
Merci.

1000x1000 1

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie

Commentaires