Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[INTERVIEW] Aaron Stainthorpe de My Dying Bride pour la sortie de "Feel The Mysery"

Écrit par L'Escargot Traduction : Marie-Eleonor le .

A l'occasion de la sortie du nouvel album du groupe, "Feel The Misery", nous nous sommes entretenu avec son leader Aaron Stainthorpe. Ce nouvel album des Anglais tristes marquant les 25ans du groupe, nous avons profité pour revenir sur le parcours du groupe et de son avenir.

On va tout de suite entrer dans le vif du sujet. Peux-tu nous présenter en quelques mots le nouvel album de My Dying Bride ? Selon toi, qu'apporte-t-il à la longue souffrance musicale et textuelle de My Dying Bride ?

C'est une nouvelle page de notre longue histoire, une histoire qui a débuté il y a 25 ans, maintenant. On a vraiment tenu à ne pas tomber dans quelque chose de léger... Nous ne composons pas qu'en fonction des attentes des fans. Nos titres sont tels que nous les souhaitons.
 
Notre musique nous ressemble. L'inverse n'aurait aucun intérêt. C'est même vital. Nous avons toujours des choses à dire. Je ne crois pas que le groupe durera encore 25 ans, mais 10 ans, cela me parait envisageable. Nous n'avons pas fini d'écrire notre livre. Ce que nous avons à dire ne peut pas tenir sur chaque album que nous sortons. Nous devons trouver le temps pour nous exprimer. Alors, bien sûr, il y a des similarités entre cet album et le précédent parce qu'ils ont été écrits par les mêmes personnes. Nous aimons rester fidèles à notre style musical, mais aussi y apporter un peu de variété pour que ça ne devienne pas lassant. Les racines et l'âme de My Dying Bride restent malgré tout le doom et la mélancolie. C'est ce qui plaît au public, c’est ce qui nous plaît et c’est pour cela que nous continuons à exister !
 
A quoi fait référence cette grande tristesse ("misery") mentionnée dans le titre de l'album ?
 
Eh bien, on se sent tous très tristes, déprimés ou mélancoliques, de temps en temps. On voulait juste mettre l'accent sur ces moments très forts, riches en émotions. Les groupes de rock and roll abordent des thématiques comme l'alcool, les filles, la haine, etc. Très bien. Nous, nous préférons nous concentrer sur les émotions et sur les choses puissantes que nous devons tous gérer à un moment de notre vie. Ce genre de trucs me passionne, mais je conçois que ce ne soit pas le cas de tout le monde ! Notre musique est assez sombre, mais si tu n'aimes pas ce genre de musique, n'écoute pas un groupe dont le nom pourrait se traduire par "Ma mariée agonisante" !
 
On dirait que ton chant clair a un peu évolué. Ta voix semble un ton au-dessus que d'habitude.
 
Sur la premier titre de l'album, "And my father left forever", c'est vrai. J'ai juste voulu aller vers quelque chose de nouveau. Avec l'âge ou l'expérience, je crois qu'on devient plus audacieux. On veut essayer d'autres choses, de nouvelles choses.
 
Si ça ne marche pas, tant pis. Mais il faut quand même tenter sa chance car les résultats peuvent parfois être concluants.
 
Parlons du titre "Within a sleeping forest", qu’on pourrait qualifier de pur doom funéraire. Te sens-tu proche de ce courant musical ?
 
Oui. Ce courant fait partie de nos influences. Si nos morceaux étaient 100 % doom, ils pourraient devenir un peu barbants.
 
Mettre la même passion, le même ressenti sur chaque titre, cela pourrait un peu lasser. C'est pourquoi nous piochons aussi dans le death metal ou le gothic metal. Nous mélangeons tout cela et le résultat n'est pas 100 % doom car si c'était le cas, je crois que ce serait un peu ennuyeux. Il faut apporter de la variété.
 
Penses-tu que My Dying Bride pourrait sombrer de plus en plus dans ce style ou prendrez-vous un virage ?
 
Je ne sais pas vraiment. Nous aimons ce que nous faisons et nous le faisons bien, mais je pense qu'il faut apporter de la variété pour que les choses restent intéressantes, non seulement pour les fans, mais aussi pour nous. Je ne veux pas sortir le même disque chaque année. Ce serait trop ennuyeux, trop fade ! Mais je ne sais pas jusqu'où nous pouvons aller dans l'expérimentation sans trop nous éloigner de nos racines. Nous savons qui nous sommes et nous savons ce que nous maîtrisons, alors nous préférons ne pas nous aventurer trop loin. Si je veux expérimenter quelque chose d'un peu plus fou, alors je me lancerai dans un projet parallèle. En tout cas, nous apporterons de la variété de temps à autres pour que notre musique continue à être intéressante.
 
Donc, comme tu nous l'as dit, l'album "Feel The Misery" marque les 25 ans du groupe.
 
 (Aaron acquiesce)
 
Te sens-tu prêt pour les 10 années qui arrivent ?
 
Nous avons encore plein de choses à faire, tu sais ! Je ne nous imagine pas rempiler pour 25 ans car ça me semble encore très très loin, mais 10 ans, ce chiffre me paraît concevable. Si tu prends toujours du plaisir à faire ce que tu fais, que tu es toujours créatif et plein d'idées, il n'y a aucune raison pour que tu t'arrêtes. Ce n'est pas comme dans le cas du death metal, où il faut investir énormément de puissance. En vieillissant, ça devient de plus en plus dur. Ce n'est pas le style musical de notre groupe, donc même ayant pris de l'âge, je pense qu'on est toujours en mesure d'être bons sur scène. Tant que nous aimerons ce que nous faisons et que le public nous trouvera intéressants, nous serons là. Alors oui, je vois bien une nouvelle décennie et puis... Rendez-vous dans 10 ans et on verra où on en est !
 
Et où en sera l'humanité, à ton avis (référence au titre "The Cry of Mankind", ndlt) ?
 
Je ne sais pas. En fait... Le monde a l'air de beaucoup évoluer. Quand nous avons fondé le groupe, les e-mails ou les téléphones portables n'existaient pas. Ça paraît fou, maintenant ! Personne ne savait ce qu'était un mp3. Et pourtant, le milieu musical a changé. L'industrie musicale a complétement changé. La façon dont on se parle, dont on communique, a radicalement changé. Le monde est en perpétuelle évolution, mais je n'ai aucun problème avec la notion de changement. Mon père était dans l'armée et on déménageait tous les 2 ans. Je me suis donc habitué à changer d'établissement scolaire tous les 2 ans, à me faire de nouveaux amis... Je me suis habitué au changement. J'aime le changement. Le monde évolue à chaque instant, c'est comme ça. Je ne fais pas partie de ces personnes qui aimeraient que jamais rien ne change. J'accueille bien volontiers le changement, surtout quand c'est en bien !

 
Calvin Robertshaw, votre ancien guitariste, revient sur ce nouvel album. Est-ce pour fêter les 25 ans de carrière du groupe ? 
 
Oui.
 
Est-ce pour fêter les 25 ans du groupe ? Peux-tu nous donner la raison de ce retour ?
 
Eh bien... On s'attendait à ce qu'Hamish demande à quitter le groupe parce qu'il était très impliqué dans Vallenfyre et très pris par son travail et sa famille. Il voulait fonder une famille, donc on se préparait à son éventuel départ. Andrew est entré en contact avec Calvin pour lui proposer de nous rejoindre, et il a accepté ! Mais malheureusement, quand Calvin est arrivé, l'album était quasiment fini. Calvin n'a eu pratiquement rien à faire. Il a posé quelques harmonies et des riffs, mais l'album devait être terminé à 99 %. L'empreinte de Calvin n'est donc pas très présente sur cet enregistrement. Ses fans devront patienter jusqu'au prochain album.
 
On dirait que vous n'avez rien prévu pour ce 25e anniversaire.
 
Non, malheureusement ! Nous avons été très occupés et nous nous sommes toujours passés de manager. Je manage le groupe avec Andrew et le temps passé sur l'album et sa promotion est tel que nous n'avons pas eu le temps d'organiser une grande fête, un concert spécial ou un truc du genre. C'est même une honte parce que 25 ans, c'est un sacré cap, un anniversaire vraiment particulier. On a vraiment manqué le coche, sur ce coup-là ! Il faudra attendre notre 30e anniversaire, qu'on devrait peut-être commencer à préparer pour être sûrs de ne pas le rater !
 
C'est ça ! Commence dès maintenant !
 
Ouais !
 
Jetons un œil sur vos longues années de carrière. Que penses-tu des chemins pris par le groupe et par vos camarades d'Anathema et de Paradise Lost ? Tous les 3, vous êtes les pères fondateurs du mouvement doom/death metal. Imaginais-tu que vous iriez si loin ?
 
Absolument pas ! Quand on a fondé le groupe, j'avais imaginé que durer 10 ans serait déjà fantastique ! Quand tu es jeune, 10 ans, ça te semble très très loin. Et pourtant, on a fait plus du double ! C'est incroyable ! Je n'ai, pour ainsi dire, que des bons souvenirs car c'est jouissif d'être créatif, d'avoir des fans. C'est super d'avoir la possibilité de voyager dans des pays où on est sensible à ton travail, à ta musique. Pouvoir rencontrer des tas de personnes et goûter à leurs spécialités, c'est quelque chose de génial. J'adore manger ! Ce que j'aime le plus dans les voyages, c'est le fait de pouvoir goûter à de nouveaux plats. 25 années de voyages, ça fait un sacré vécu ! Nous avons souvent croisé le chemin d'Anathema et de Paradise Lost. Ces 2 groupes ont tenté pas mal de choses expérimentales, ce qui est positif. Tu sais, c'est courageux de vouloir aller vers un nouveau son. Nous n'avons pas été aussi courageux qu'eux sur ce plan. Ils ont pris de sacrés virages ! Il arrive qu’on se retrouve. Ça fait du bien d’être amenés à les croiser parce qu'on sait tous qu'on a démarré en même temps, qu'on a créé les mêmes sons et qu'on a été signés sur le même label. C'est toujours agréable de revoir ces mecs. On ne se croise pas souvent, mais quand l'occasion se présente, on se retrouve autour d'une bière et c'est merveilleux !
 
Très bien ! Ma prochaine question est vraiment stupide ! Tu n'es pas obligé d'y répondre. C'est une question que je me suis toujours posé ! Depuis le temps que My Dying Bride vogue dans les eaux les plus tristes du doom, comment faites-vous pour être encore en vie, avec de tels textes ?!
 
Eh bien... Je crois qu'écouter de la musique mélancolique fait beaucoup de bien. En tout cas, ça ME fait beaucoup de bien ! J'adore des artistes comme Lana Del Rey, Nick Cave ou Leonard Cohen. Leurs titres sont très tristes, mais ils débordent de créativité. Ils me donnent la pêche. Ils me ressourcent. J'ai l'impression de faire le plein d'énergie. Ça peut surprendre parce qu'on s'attendrait plutôt à ce que ce soit l'inverse, mais écouter des morceaux plutôt sombres me réussit bien ! J'aime écouter un peu de pop, mais ce sont les trucs un chouïa mélancoliques qui me font du bien. C'est pourquoi j'aime composer des morceaux qui reflètent cet état d’esprit.
 
 Au risque de choquer tes fans, quel est le groupe le plus joyeux que tu écoutes ?
 
Ouh... Euh... C'est une bonne question ! Euh... Sans doute Volbeat.
 
Oh ! Moi aussi, je les adore !
 
Oui ! Ils sont assez doués ! Leur musique me donne le sourire. Ce sont de bons musiciens. Nous avons déjà partagé la scène avec eux. Ils ont l'air d'être des mecs bien. Eux aussi me donnent la pêche !
 
OK ! C'était ma dernière question. Veux-tu ajouter quelque chose pour tes fans, pour les lecteurs ?
 
Eh bien, sachez que nous passerons par la France l'an prochain pour promouvoir notre album. Une tournée est prévue l'année prochaine. Nous participerons aussi à des festivals.
 
On reviendra en France. Merci de nous soutenir depuis un quart de siècle ! Pour vous remercier, on viendra jouer et on mettra en avant notre nouvel album. Alors... A bientôt !

1000x1000 1

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie

Commentaires