Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[INTERVIEW] AVANTASIA : Tobias Sammet pour la sortie de "Ghostlights"

Écrit par Crounchi Bâthe le .

C'est plus d'un mois avant la sortie du nouveau volet de l'opera metal Avantasia que nous retrouvons Tobias Sammet (chant). Le musicien Allemand nous y dévoile le concept de ce "Ghostlights" ,suite du précédent opus "Mystery Of Time", de l'industrie musicale a l'heure actuelle, de la prochaine tournée du projet mais aussi de l'avenir de ce dernier.
 
Hello, comment ça va ?
 
Hum... (Instant de réflexion) Ca va. J'ai eu quelques problèmes avec mon oreille droite. Je me suis réveillé il y a de cela deux semaines, et je ne pouvais plus rien entendre de ce côté là. Mais tu sais, cela aurait pu être pire, parce que j'en ai deux... Pas deux de chaque, mais deux oreilles en général. (Rire) Mais maintenant ça va, j'ai eu de la cortisone, on m'a mis sous traitement et l'on m'a conseillé d'éviter le stress et le bruit.
 
Le bruit ? Ca doit être compliqué avec ce que tu fais ?
 
Les deux. Les deux sont un peu compliqués ; le stress et le bruit. Mais c'est juste pour le moment que je dois les éviter. Mais ça s'est bien passé. J'avais un show avec Edguy le week-end dernier, ce qui a été un peu compliqué, mais j'avais des bouchons dans mes oreilles, donc ça été. Tu sais, je pense que mon oreille est de retour, qu'elle fonctionne bien. Donc, je ne vais plutôt pas trop mal.
 
Donc, nous sommes ici pour parler de "Ghostlights'', le nouvel album de Avantasia. Quand je l'ai écouté, j'ai eu cette impression qu'il était plus sombre que les précédents.
 
Bien, tu sais, si tu ressens qu'il est plus sombre, alors je ne peux pas être en désaccord. Je n'ai aucun droit d'interférer avec ce que tu ressens. (Rire). Oui, il se pourrait que cela soit vrai. Je ne sais pas vraiment comment l'expliquer, cela n'était pas prévu pour être le cas. Tu n'es pas le premier à me le dire, donc je ne peux vraiment pas te contredire (Rire).
 
Même pour l'artwork, contrairement à ''Mystery of Time'', où tu avais fait le choix de prendre un peintre qui avait réalisé quelque chose de féerique, ici, nous nous retrouvons avec une pochette plus proche de ''The Wicked Trilogy'', de ''The Scarecrow''.
 
Oui. Tu sais, je voulais avoir une pochette fantastique. Je ne perçois pas l'album exactement comme étant vraiment très sombre. Ce n'est pas à des ténèbres négatifs que l'artwork et l'album... (Cherche ses mots)... Je pense plutôt, que c'est une noirceur mystérieuse. Je voulais avoir un artwork formidable, rappelant l'affiche d'un film de caractère. Nous avions déjà ça sur ''The Scarecrow'' et ''The Wicked Symphony''. Je voulais que ce personnage revienne, je voulais cette figure de ''The Scarecrow'' dans toutes les histoires, même si cela n'a rien à voir avec l'album. Je pense que c'est une superbe mascotte. J'ai pensé que ce Scarecrow marchant, ce Scarecrow mort-vivant, était ce qu'il fallait pour un film de caractère. C'est pour ça que je voulais qu'il revienne sur la pochette. Et tu sais, l'album lui-même est peut-être un peu plus sombre et je pense que c'est vrai puisque beaucoup de personnes me l'ont dit... Qui suis-je pour ne pas être d'accord ? Mais ce n'était pas prévu, ce n'était pas le plan, c'est juste arrivé comme ça. L'ensemble est très Heavy Metal, très sombre, très étrange et très mystérieux. Cependant, il a tout en commun avec mes travaux précédents. A la fin, la lumière triomphera ! C'est une quête pour la lumière, pour toutes ces choses positives que je chéri et que je partage. J'essaie de jouer avec des images sombres et fantastiques. C'est un périple à travers des ténèbres et de dangereux royaumes mais à la fin, c'est toujours un voyage vers la lumière. Et c'est ce sur quoi tout mon travail est basé. Tu sais, je ne suis pas une personne négative.
 
Pourrais-tu présenter "Ghostlights" ? Son concept ?
 
Oui, bien sûr. ''Ghostlights'' est la suite de ''Mystery of Time'', dans un certain sens... (Pause. Instant de réflexion.) Non, pas dans un certain sens. C'est la continuation de ''Mystery of Time''. ''Mystery of Time'' a plus été écrit comme une nouvelle, avec un vrai scénario qui déterminait la trame de l'histoire, l'environnement, la localisation. C'était l'histoire d'un scientifique agnostique qui rejoignait un groupe d'autres scientifiques qui voulaient manipuler, ou essayer de manipuler, la perception du temps par les gens ; afin de les amener vers un même rythme, de faire le monde plus petit, de faire que tous les gens se comprennent les uns les autres. Cela par le biais d'un même rythme, de la même perception du temps. Jusqu'à ce que le protagoniste réalise que ce n'est pas une chose purement positive, il a le sentiment que quelque chose essaie d'accélérer le temps, de les amener au même rythme pour les manipuler. Comme ça les gens n'ont plus assez d'énergies et de temps restants pour réfléchir et considérer ce qui est vrai dans la vie, ce qui est important, afin qu'ils ne puissent plus savoir ce qu'ils veulent véritablement de la vie. Donc les gens bougent de plus en plus vite, s'épuisent dans des corvées...
 
En fait, tu parles du monde actuel avec cette histoire ?
 
Tu sais, c'est ce que je pense à propos de notre environnement. J'ai juste essayé de le retranscrire avec un scénario fantastique. Je pense que nous poursuivons et chérissons d'étranges valeurs, que nous avons perdu de vue ce qui peut réellement compter dans nos vies. Nous sommes si occupés à regarder ces petits écrans, à les toucher, à essayer d'avoir le monde entier dans la paume de la main, à poursuivre exclusivement des valeurs matérialistes, que nous avons tendance à oublier de considérer qu'il peut aussi y avoir un sens spirituel à nos existences. Nous sommes juste en train de poursuivre ce que nous pouvons compter, mettre en chiffre, ce qui nous rend riche. Nous en oublions et nous perdons le contact avec le beau côté des aspects silencieux de notre existence. J'avais besoin, je voulais que cette histoire soit une sorte de havre pour moi, mais aussi pour l'auditeur. Quelque chose qui ait des détails, quelque chose qui soit beau, quelque chose qui soit fragile. Je voulais créer un scénario fantastique où les choses lentes ont de l'importance, avec de vrais idéaux, pas uniquement matérialistes, où les beaux moments comptent, les choses spirituelles, les choses que tu ne peux pas toucher, que tu ne peux pas voir, que tu ne peux pas chiffrer et vendre, mais de vrais valeurs que tu vas saisir sans raison. Et le protagoniste de cette histoire va méditer sur ce qui compte réellement. Il perçoit des choses, mais il ne peut pas les expliquer. Il a des visions, il imagine des choses qui n'ont aucun sens d'un point de vue matérialiste, mais qui sont vraies pour lui. Et il se demande : « Mais si je les perçois, est-ce juste une perception ou la réalité ? Quelle est la différence entre la perception et la réalité ? ». Et il s'interroge : « Que se passe-t-il autour de moi ? Pourquoi les choses vont-elles si vite ? Pourquoi est-ce déraisonnable de chérir la plus petite et la plus silencieuse des choses ? ». Avec ce nouvel album, j'ai dépeint douze différentes images qui fonctionnent chacune séparément. Douze différentes chansons qui ont une signification seule ; mais en même temps tu peux les réunir toutes ensembles et elles vont faire le concept de ''Ghostlights''. La continuité de ''Mystery of Time''. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais si tu lis avec attention les paroles, elles prendront sens pour toi. C'est douze rencontres, douze dialogues, douze conversations, douze réflexions personnelles, douze images d'étapes importantes dans le voyage du protagoniste. Dans cette histoire je souhaitais juste m'interroger, me poser des questions et venir avec d'intéressantes réflexions. Et même si tu ne veux pas suivre cette histoire, et que tu penses ''Woah ! Quelle mauvaise drogue prend-il ?''. Tu peux juste apprécier chaque morceau, et trouver celui qui aura le plus de sens en lui-même. Et je pense que en ça, c'est véritablement un accomplissement.
 
Un nouvel album Avantasia c'est forcément pleins d'invités. Il y a des récurrents comme Jorn Lande ou Michael Kiske, mais il y en a aussi des nouveaux tels que Geoff Tates (ex-Queensryche) ou Dee Snider (Twisted Sister"). Comment ça a été de travailler avec ces artistes qui sont comme des héros pour toi ?
 
Absolument ! Je veux dire, Dee Snider a été le personnage de mon enfance auquel je voulais ressembler. Pour moi, c'était le prototype de la Rock-star. Il était dans l'autodérision, tranchant mais ne prenant pas les choses trop sérieusement... Il était comme Bugs Bunny, il était tout ce que je voulais être moi-même. Et évidemment, les Rock-star se font beaucoup d'argent, ce qui était très attrayant pour moi en tant que jeune personne. Bien sûr, je cherchais un chanteur, mais je n'avais pas particulièrement Dee Snider à l'esprit quand j'ai écrit ''The Haunting''. Une fois fini, j'étais à la recherche d'une voix qui serait théâtrale, de quelqu'un qui pourrait être un acteur. J'avais noté aussi, pour le refrain quelque chose qui soit vraiment écrasant, dramatique, maladif... Pour quelques raisons, j'ai pensé que la voix de Dee Snider serait parfaite pour ça. Je lui ai fait écouter le morceau, j'ai contacté son management... Il a dit : « Excellent morceau ! Je veux le faire ! Faisons le ! ». Et voilà. Je suis vraiment content de l'avoir fait. C'est une vraie Rock-star, un grand chanteur et un personnage unique. C'est pareil pour Geoff Tates. Tu sais, toutes les personnes qui chantent comme Michael Kiske, ou comme moi, tous les chanteurs à la haute tessiture vocale dans le Heavy Metal ont, je pense, étaient influencés à un moment où un autre dans leur carrière par Geoff Tate. Même Michael Kiske, je lui en ai parlé et il m'a dit ''Oui, Geoff Tate a été une de mes influences. ». Donc, j'avais ce morceau, ''Seduction of Decay'', qui au début sonnait, pour moi, comme une version vraiment très Heavy et épique d'un morceau du Led Zeppelin des débuts, comme ''Black Dog''. Je voulais un chanteur proche de Robert Plant jeune, Bluesy et Heavy Metal. Jorn Lande, par exemple, aurait été très bien. Mais j'ai trouvé que c'était trop évident. J'avais une chanson Heavy qui sonnait un peu comme Led Zeppelin, et si je prenais un chanteur Heavy proche de Whitesnake, ou peu importe, cela aurait été trop évident, trop facile. Je devais essayer quelque chose de complètement différent. Il y avait cette partie au milieu qui me rappelait les débuts de Queensrÿche. Je chantais sur l'ensemble du morceau, et je me suis alors demandé ce que cela donnerait si Geoff Tate chantait dessus. J'ai alors essayé de chanter un peu comme lui, de façon très expressive, tu sais... (Tobias se met à chanter une partie de ''Seduction of Decay'' à la façon de Geoff Tate). Et ça rendait bien, donnant à la chanson une couleur complètement nouvelle, créant quelque chose de vraiment unique et vraiment intéressant pour l'ensemble de Avantasia. J'ai contacté Geoff et ils ont adoré le morceau, son manager et lui. Ils ont accepté de le faire... Tout ce qui peut, donne l'impression que, ressemble ou semble être une stratégie ou un plan d'ensemble n'était vraiment que ces décisions qui étaient véritablement spontanées et prisent dans mon petit studio de musique.
 
Comme pour Marco Hietala (Nightiwish) je suppose ?
 
Oui ! En fait, le morceau était déjà fait avant que je ne pense à lui, Marco Hietala. Quand il a été finie, je savais que d'un côté il me fallait un chanteur capable de chanter de façon vraiment vraiment agressive, et d'un autre côté être capable d'interpréter des refrains enchanteurs et mélodiques. J'avais déjà parlé à Marco il y a deux ans et demi. Je l'avais rencontré au Metal Hammer Award, à Berlin. Nous avons pris un café ensemble et je lui ai dit : « Marco, je suis en train de faire un nouvel album d'Avantasia. Est-ce que ça t'intéresserais de chanter dessus ? » et il m'a répondu : « Oui, pourquoi pas ? Tu me montreras, et après de là, on verra. ». J'ai repensé à ça et là je me suis dit que Marco serait un bon choix pour ce morceau. Je l'ai joué à Marco et il a directement adoré. Tu vois, une fois de plus il n'y avait pas de plan d'ensemble, ni une vision... Ce n'est pas sorcier... C'est juste que ça arrive.
 
''The Haunting'', ''Master of the Pendulum'' sont de superbes morceaux, assez différents de ce que tu fais d'habitude.
 
Des fois tu écris des chansons, et c'est ça qui est excitant dans le fait d'être un artiste et de faire des projets comme Avantasia, tu écris un morceau et tu ne sais pas vraiment jusqu'où il va t'emmener. Mais tu y vas. Il peut même changer de forme durant le processus. Tu ne sais pas, tout est possible. Avec Avantasia, c'est juste une façon instinctive de travailler. Les choses arrivent si facilement. Beaucoup de gens pensent que je suis un mec très ambitieux, assis à la maison travaillant du matin au soir, ayant un plan pour chaque chose, répondant à toutes les questions... Non ! Je suis une personne complètement chaotique ! Je suis juste assis à la maison, faisant ce que j'aime. Et je me moque bien des gens qui pensent que j'ai un grand plan pour tout (Tobias se met à rire).

Je suis déçu, je pensais que c'était le cas...
 
(Continuant de rire) Non, non... Pour parler honnêtement, ce qui est génial avec Avantasia c'est que j'ai ce partenaire, Sascha Paeth. Il est mon partenaire dans la production. Mais j'ai encore toutes les responsabilités. J'inclus certaines de ces idées, ce qu'il me suggère de faire, de jeter certaines parties... De temps en temps je dis « Oh, tu as raison », mais la plupart du temps je dis « Non ! J'ai raison », même quand je pense qu'il a raison. C'est un problème de chanteur... Du début jusqu'à la fin avec Avantasia, je ne m'épuise pas, parce que je décide tout par moi-même, de façon très spontanée, très innocente. Je l'approche en me disant que je fais ça uniquement pour moi, pour personnes d'autres. Je ne pense pas aux problèmes, à la pression sur mes épaules, je ne me dis pas « Oh mon Dieu, que va penser le label? Que va penser la presse ? Que vont penser les fans ? Est-ce que cette chanson est trop rapide ou trop lente pour les fans ? Est-ce qu'il y a assez ou pas assez de Michael Kiske pour les fans ? » Je ne m'embête pas avec ces considérations, je le fais, c'est tout. Je ne sais pas ce que cela va donner, je ne sais pas quel sera le résultat à la fin. Je le fais juste de manière spontanée. Et à la fin, il y a quelque chose qui sort où tout le monde dit « Woah ! Il a pensé à tout ! ». Non ! Je l'ai juste fait.
 
J'avais une autre question à propos des guests. Pour la sortie de ''The Metal Opera – Gold Edition'', en 2008, tu avais donné une interview où tu expliquais que tu avais perdu le contact avec Sharon den Adel. Il semblerait que cela ne soit plus le cas ?
 
Je ne me rappelle plus... Mais si j'ai dis que j'avais perdu le contact, c'était probablement vrai. Je ne lui ai jamais parlé. Je l'ai rencontré seulement une fois. C'était au Hellfest en 2012 avec Edguy. Ou 2011... Mais je crois que c'était 2012. Donc, je l'ai croisé. Une minute, oui c'est tout. Avant, je ne l'avais jamais rencontré. Elle chantait ses trucs aux Pays-Bas en 1999/2000 pour le Metal Opera. Encore une fois, je n'avais pas de grand plan. Travailler avec elle...? Ne pas travailler avec elle...? C'est juste arrivé. Quand j'ai écris ''Isle of Evermore'' pour le nouvel album, je me souviens, que j'étais à sept mètres de ce clavier, je me suis approché et quand j'ai commencé à écrire le premier refrain j'ai immédiatement su que cela devait être chanté par Sharon den Adel. C'est juste du feeling, et tu ne peux pas expliquer pourquoi. J'ai essayé de renoué ce contact. J'ai retrouvé une vieille lettre de 1999... Non 2000... Qui disait « Hey Tobi, ça a été génial de travailler avec toi. Si tu as à nouveau besoin de moi, tu sais où me trouver. ». C'était ce que la lettre disait, il y a quinze ans. J'ai juste essayé de la recontacter, ce qui n'a pas été si facile, mais j'ai finalement réussi. Je lui ai fait écouter le morceau, et elle a accepté. C'est toute l'histoire. C'est juste arrivé. Je crois que si tu laisses cette innocence, si tu laisses les choses se faire, ou ne pas se faire. C'est la plus honnête des approches de la musique. Tu sais, tous les gens ont un plan pour tout. C'est tellement intello. Il y a des groupes où ils vont s'asseoir dans leurs locaux du matin jusqu'au soir, tous les jours ; faire toutes les choses comme elles sont supposées être faites ; c'est un truc de nerd. Si tu aimes ça, vas travailler dans une banque ! Ce n'est pas de l'art. 
 
Comme tu parles de ça, je voulais t'en parler à la fin, mais que penses-tu de l'industrie de la musique en ce moment ?
 
Aucune idée. Je suis vraiment content. Il y a quinze ans, nous aurions vendu des millions. Les ventes d'albums chutent, c'est un fait. C'est triste. Mais mon monde est rempli de verres que j'ai rempli, et non vidé. Je vois le verre à moitié plein, parce que je vois tant de fans honnêtes, qui paient pour me voir, qui paient pour écouter ma musique, qui achètent l'album parce que ce sont des collectionneurs, tout comme moi. C'est de ça que je suis fier. Il n'y a aucune raison de pleurer sur l'état de l'industrie. Parce que c'est comme ça, que je pleure ou non. Tu sais, je suis content. Bien sûr, la plupart des gens dans l'industrie de la musique sont des idiots, mais c'est quelque chose qui est connu. (Se met à rire) Mais tu dois faire avec détachement. Sourire, être heureux quand tu rencontres quelqu'un de gentil. Je pense qu'il y a beaucoup de personnes adorables ; J'ai réussi à m'entourer de personnes vraiment très agréables qui rigolent bien. Je pense que certaines personnes se prennent trop au sérieux dans ce milieu, que je préfère amusant. Mais une fois de plus c'est chacun son choix, chacun fait ce qu'il veut. Je ne peux pas me plaindre, je ne vis pas sous un pont, je peux jouer la musique que j'aime, je peux me permettre de travailler avec les gens que j'aime. Ma vie n'est pas vraiment merdique. (Rire)
 
J'ai une autre question à propos de ''Ghostlights''. Les morceaux sont-ils uniquement de nouvelles compositions ou as-tu utilisés des plus anciennes des sessions de ''Mystery of Time'' ?
 
Il y a deux morceaux tirés des sessions précédentes. Musicalement, pas au niveau des paroles mais musicalement. Il y a ''The Haunting'', avec Dee Snider, et le morceau bonus de l'édition limitée ''Wake Up to the Moon''. Il y a d'autres morceaux issus de ces sessions qui initialement devaient être sur ''Ghostlights''. Mais quand nous avons commencé à travailler sur l'album, j'avais tant de nouvelles idées que je voulais avant tout les utiliser. Ces morceaux que j'ai fait pour ''Mystery of Time'' n'étaient pas meilleurs ou pires. Mais ces nouvelles idées étaient justes plus neuves et plus proches de ce que je ressens aujourd'hui. J'ai conservé ces idées de compositions de la période ''Mystery of Time'', je vais les mettre quelque part, les ranger et les ressortir quand nous travaillerons sur un nouvel album, dans trois, quatre, cinq, sept ans, je ne sais pas. Je pourrai revenir sur ces morceaux qui sont déjà écrits, ce qui est juste super. (Rire)
 
Tu vas partir en tournée en Mars 2016 ; que pouvons nous attendre de ce tour ?
 
Ce sera la plus grande formation réunie à ce jour, avec Michael Kiske et Bob Catley, Jorn Lande et Ronnie Atkins, Eric Martin de Mr. Big, Amanda Sommerville, Ollie Hartman, Sacha, Felix, Miro... Il y aura peut-être un autre chanteur qui n'a pas encore été confirmé. Ce sera une grande formation, une grosse production. J'ai justement parlé à la personne de la production, hier. Nous avons plusieurs idées et si nous réussissons à les réaliser ce sera le plus grand show que nous ayons monté. Je suis excité, mais je ne peux pas en parler pour le moment, de ce que nous essayons exactement de faire. Nous devons d'abord voir si cela est faisable, économiquement. Les idées sont là, nous devons juste nous assurer que nous pouvons payer pour ça. Mais je suis optimiste. Et bien sûr comme nous sommes un grand line-up nous avons de grand avantage, nous pouvons jouer près de trois heures. C'est quelque chose qui me rend vraiment heureux. Nous avons sept albums maintenant. Vingt morceaux pour ''The Metal Opera''. Nous devons jouer certains de ces titres. Les gens veulent entendre ''Reach out for the Light'', les gens veulent entendre ''Avantasia'', ''Sign of the Cross'' et peut-être ''The Seven Angels''. Nous aurons à jouer beaucoup de choses donc nous avons besoin de trois heures. La dernière fois que nous avons été en France, c'était au Hellfest, et nous n'avons joué que 90 minutes. C'était génial, en plein air, devant 20.000 personnes. C'était bien, mais là, nous voulons le faire avec le style Avantasia. Ce qui veut dire un show en salle, aucune première partie, juste Avantasia. Trois heures et demi, vingt-cinq, vingt-huit, vingt-neuf morceaux, je ne sais pas combien. Juste Avantasia, un voyage dans toute la discographie de Avantasia. Avec tous les grands chanteurs. C'est une expérience, quelque chose de vraiment unique. Parce que cette formation précise ne se réunira pas à nouveau sur scène. Il est difficile de réunir tout le monde parce que chacun à son propre groupe : Magnum, Unisonic, Pretty Maids, Mr. Big... Tous ces groupes ont des obligations. Cette fois, c'est vraiment un joyeuse coïncidence. C'est pour ça que nous allons l'apprécier et profiter de chaque minute. Et les gens peuvent être sûrs, et c'est très raisonnable de le croire, que ce sera leur unique chance de voir cette interprétation particulière de Avantasia sur scène. Donc ce qui va arriver en Mars et en Avril sera un moment unique dans l'histoire de Avantasia. C'est quelque chose que nous savons tous aussi. C'est ce qui en fait quelque chose de précieux pour nous sur scène.
 
Du coup, est-ce que cette fois tu vas dire que c'est la dernière de Avantasia ?
 
Non. Non, pas cette fois.
 
Plus du tout ?
 
Non. Parce que tu sais, j'ai trente-huit ans. Et Dieu seul sait, je deviendrai un très vieux monsieur un jour. Et entre maintenant et ce ''un jour'', il y a beaucoup, beaucoup d'années pour être assis dans mon studio et penser à ce que je peux faire au prochain Automne, au prochain mois de Juin, Juillet. Faire un nouvel album d'Avantasia ? Donc, je pense que c'est la dernière tournée de Avantasia sous cette forme. Mais je ne pense pas que cela va amener la fin de Avantasia. Je ne pense pas que nous ferons une nouvelle tournée dans les cinq prochaines années. Cependant, je ne veux pas parler pour le reste de ma vie et dire que c'est le dernier tour, parce que je serais un menteur. Même si cela pouvait permettre de vendre plus de tickets, je ne le dirai pas. Je ne pense pas que cela soit la dernière tournée.
 
Une dernière question. Tu penses que dans le futur tu inviteras des artistes plus jeunes pour l'un de tes albums ?
 
Tu sais, je ne regarde pas leurs passeports quand je les invite. Amanda est une plus jeune chanteuse que moi, par exemple. Je ne regarde pas leur date de naissance, je regarde si ils sont capables de délivrer ce que je recherche. Et c'est tout naturel que quand je me tourne vers ma vieille collection d'albums, principalement composée d'enregistrements des années 70 et 80, ces artistes soient plus vieux que moi. Mais... Ce n'est pas une règle pour Avantasia. Si un jeune chanteur était capable de m'impressionner, je ne vois aucune raison qui m'empêcherait de l'inviter, de lui demander.
 
Un dernier mot pour nos lecteurs ?
 
Je voudrais remercier tout le monde pour leur fort soutien durant toutes ces années. Edguy et Avantasia se sentent toujours très bien accueilli en France et ça, je ne l'oublie pas. Ne m'oubliez surtout pas !!! (rire). J'espère que vous apprécierez ce nouvel album et je veux tous vous voir à Paris en Mars.
 

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie