Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[REPORT] Rammstein - Festival De Nimes - 11/07/2017

Écrit par M[ts] le .

Le Festival de Nîmes offre depuis 1997 une programmation éclectique dans un très beau site intra muros au sein de ses anciennes arènes romaines datant du 1er siècle. Les festivaliers ont pu y voir quelques groupes de la scène rock et métal, tel que ZZ Top, Metallica (et le DVD "Français Pour Une Nuit" en 2009), Nine Inch Nails, sans compter d’autres styles allant de la pop à la variété française.

En 2017, c’est au tour des teutons de Rammstein de prendre place dans ces arènes, quelques semaines après System Of A Down (auquel nous n’avons pu participer). Initialement prévu pour 1 unique date, ce seront finalement 3 concerts qui ont eu lieu à Nîmes.

Le cadre des arènes est toujours aussi grandiose, la scène est là, et semble un peu plus grande qu’à l’accoutumée, l’infrastructure allemande y étant certainement pour quelque chose (à l’instar du Hellfest 2016 où les main stages avaient du être agrandies). Et les 13000 fans de Rammstein ont répondus présents sur les 3 dates.

La première partie fut autant surprenante qu’improbable. Soyons clair, lors du festival de Nîmes, les premières parties peuvent être sympathique, révéler de belles surprises, ou être de véritables catastrophes (NDR :je me souviens d’un groupe de screamo qui n’était franchement pas bon et hors de propos avant un concert de Muse ou Radiohead).

Les spectateurs se retrouvent donc avec une première partie comprenant 2 pianistes et 1 piano à queue, afin d’écouter des reprises et arrangements autours des morceaux de Rammstein, à l’instar du l’album "Klavierr". Si cette demande a effectivement été faite par le producteur à ces 2 pianistes il y a à peine 2 mois, le pari est réussi. On notera tout de même que, même si le laps de temps fut court pour la préparation de cette première partie, l’auditeur aurait peut être pu s’attendre à quelque chose de plus, excentrique ou moins consensuel.

Toutefois, joli travail malgré tout de ce duo dont le nom m’échappe (la seule chose retenue est qu’il signifie « jeux » en hongrois, et mes notions de hongrois sont inexistantes), et le public a été, malgré cette première partie assez calme, réactif et accueillant face à ce qui a été proposé.

Puis survient Rammstein, et son compteur, déjà présent sur la tournée de 2016 (Hellfest pour exemple), avant le déluge de décibels, de lumières, d’artifices et de flammes. Le spectateur en prend plain les mirettes et les esgourdes, Rammstein, c’est un show bien rodé, efficace. Une machine.

RAMM 4 futur titre du prochain album dévoilé déjà l’an passé via la tournée 2016, ouvre le bal, à grand renforts de feux d’artifices. Puis suivent Reise, Reise, "Hallelujah, "Zerstören", "Keine Lust", "Feuer Frei", "Seeman"… La tracklist est la même que celle de la tournée 2016 (celle du Hellfest notamment), à la différence qu’un second « rappel » s’est ajouté à la liste.

Les morceaux les plus anciens ont été légèrement revus, avec quelques arrangements qui ajoutent un petit quelque chose de sympathique, que ce soit sur les parties de batterie, guitares ou claviers. Cela ne pourrait passer inaperçu, mais ces petites touches clairsemées permettent à l’auditeur de retrouver des morceaux de près de 20 ans. Un petit riff par ci, par là, une section rythmique renouvelée. On pourrait se croire dans un concert anniversaire des 2 premiers opus du groupe, agrémenté des autres opus du groupe.

Bien entendu, il n’y a pas de surprises à aller voir Rammstein en concert. Le spectacle ne le permet pas. Mais cela n’enlève en rien la qualité de la prestation, et voir Rammstein, c’est un peu comme revoir un bon film, on s’en lasse peu ou prou. À l’écoute de ces titres anciens, il manquera tout de même "Buck Dich", que les festivaliers semblent avoir regretté. Mais le caractère de la mise en scène de ce titre en particulier a tellement valu de réprimandes au groupe (surtout aux États Unis) qu’il semble qu’il ne soit plus joué. Dommage.

Il n’en reste pas moins que les nouveaux effets pyrotechniques ajoutent ce changement nécessaire. Lance-flammes à droite, lance flamme à gauche… en haut, en bas… Le spectateur en prend plein les yeux, tout comme les bouffées de chaleur que cela produit.

Le seul bémol qu’on peut trouver à ce concert se trouve au niveau de la qualité sonore de la prestation. En effet, et après avoir testé plusieurs endroits différents (fosse, haut des arènes, côtés, milieu), le son manquait cruellement de médiums. Particulièrement en début de set. Néanmoins, la qualité sonore s’est vue relevées au fur et à mesure du concert, sans atteindre la meilleure des prestations (nous avons vu par le passé bien meilleur son sur d’autres concert).

Au final, un très bon concert, surtout avec ces petits arrangements nouveaux des morceaux les plus anciens. Une première partie osée, un public très réceptif, et des arènes toujours aussi agréables.

Nous remettons ça quand vous voulez !

Setlist :

Ramm 4
Reise, Reise
Hallelujah
Zerstören
Keine Lust
Feuer frei!
Seemann
Ich tu dir weh
Du riechst so gut
Mein Herz brennt
Links 2-3-4
Ich will
Du hast
Stripped (Depeche Mode cover)
Encore (rappel #1) :
Sonne
Amerika
Engel
Encore (rappel #2) :
Frühling in Paris

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie