Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

Star Wars - Les Derniers Jedi

Écrit par Monsieur Popcorn le .

Comme pour chacun des autres épisodes, la sortie d'un nouveau Star Wars reste un événement attendu par des millions de fans. Mais que vaut ce huitième épisode ?

Alors que Rey tente de convaincre Luke de revenir se battre pour les rebelles, ces derniers subissent une lourde attaque de la part du Premier Ordre.

Il y avait une grosse crainte autour de ces Derniers Jedi : la redite scénaristique par rapport au passé de la saga. Attisée par la structure du septième volet (logique car jouant la réflexion sur la transmission d'une génération à une autre de manière cyclique), cette peur va se voir rapidement balayée une fois le visionnage entamé. Cet épisode est traversé par plusieurs trajectoires narratives inédites, notamment dans une en particulier par la manière dont elle aborde le conflit en vase clos. Au lieu que de se perdre en lourdeur et en perte de repères, le film profite de ces voyages entre nos héros et leurs tourments intérieurs. Loin d'être des figures simplistes, chacun charrie ses doutes et se voit prolongé dans son développement individuel et sa symbolique respective, tous perdus dans un univers où ils se sentent perdus par leurs failles. Celles-ci trouvent leurs résonances dans un aspect aussi bien intimiste que grandiose. Ce dernier terme colle surtout à un Luke tiraillé par ses décisions, écrasé par le rôle que l'Histoire lui a donné alors que, jedi ou non, il reste un être de chair endolori.

Les interrogations sur la personne aussi bien d'un point de vue micro que macroscopique prolonge les thématiques du Réveil de la Force, abordant l'importance de la trilogie originale de manière aussi bien intra qu'extra diégétique. Faut-il faire table rase du passé et des erreurs de nos ancêtres afin de mieux se reconstruire ou bien célébrer celui-ci, quitte à commettre les mêmes faux pas ? Ici, tout est cyclique, mais notre monde ne fonctionne-t-il pas de la même manière ? En cela, il est amusant de constater que certains protagonistes s'affranchissent de leur rôle par la confrontation à la figure imposante qui les astreint à une certaine fonction. Ici, nous sommes donc face à des protagonistes faillibles, qui font de leurs faiblesses, si pas une force, le moyen de se distinguer.

Ce qui fait surtout la plus grande réussite du film, c'est le travail de Rian Johnson. Le metteur en scène de Looper prolonge le style de J.J. Abrams tout en n'hésitant pas à partir dans une recherche d'iconisation de certains instants sans oublier le facteur humain. Que ce soit lors d'une destruction muette, de dialogues séparant les personnages par le cadre ou bien un simple baiser, Johnson cherche à divertir et faire rêver son spectateur en n'oubliant pas que le spectacle marque quand il est vecteur d'émotions. Ici, l'empathie ne tombe pas dans une mécanique narrative lourde. Elle est forte car elle est concrète et universelle dans ses sentiments, dans les quêtes de chacun pour s'accomplir en tant que personne. Le tout est fait avec une dévotion pour la saga, sans appuyer la carte du fan service simplet. Et si certaines ficelles peuvent s'avérer faciles au premier abord, elles résultent pourtant d'une logique d'action de la part de ses protagonistes (disposant tous d'interprétations de qualité).

S'il peut paraître long, Les Derniers Jedi est un blockbuster crépusculaire sur la manière dont il traite l'humain, la confrontation de celui-ci face à sa propre mythologie, la transmission de cette dernière aux générations futures ainsi que ses craintes pour l'avenir. Comme les étoiles, chacun est amené à disparaître et transmettre sa lumière à nos descendants. Si les humains meurent, les légendes, elles, subsistent éternellement. À nous de créer nos propres histoires, avec la conscience de tomber dans la répétition cyclique de nos actes et nos failles émotionnelles...

note4 5

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie