Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

Sorry To Bother You

Écrit par Antephil le .

Les réalisateurs, ou voir même artistes dans le sens large, aux idées décalées, farfelues, iconoclastes, innovantes (insérer ici toutes autre adjectif semblable souhaité) ont de moins en moins leur place a Hollywood, ou nous prendrons ici en exemple notre frenchy Michel Gondry
 
Doté d'un univers ou l'inventivité et le fait main prédominent, le réalisateur avait su se faire un nom dans le domaine du cinéma indépendant avec ses chefs d’œuvres Eternal Sunshine Of The Spotless Mind, La Science Des Rêves et Soyez Sympa Rembobinez, Gondry aura vite de devenir ensuite une figure incontournable du cinéma des années 2000 et d'attirer l'attention d'Hollywood sur lui. Le public friand de son univers et des ses expérimentations déchantera vite lorsque Michel Gondry présentera sa première production Hollywoodienne avec Green Hornet (adaptation de la série Le Frelon Vert avec Bruce Lee) avec la vision d'un cinéaste complètement broyée par la machine industrielle cinématographique ou ne subsisteront que lors de très rares scènes les éclats d'un cerveau extraordinaire. Un déconvenue qui aura malheureusement pour effet de faire retomber la hype autour de Gondry. Un formatage dont s'est encore plein récemment l’intéressé qui se voit bridé et traité comme un enfant sur la pourtant très intéressante série Kidding avec Jim Carrey. Un coup de gueule qui aurai pu coûter a sa place producteur du show mais qui sera malgré tout présent pour la saison 2.
 
L'exemple de Michel Gondry n'a pas été choisit par hasard, le métrage traité ce jour étant un digne héritier et successeur de ce dernier (hommage même appuyé de façon subversive lors d'une séquence). Le petit bijou qu'est Sorry To Bother You n'aurait clairement pas pu exister avec l'état actuel de la mecque Hollywoodienne, même si distribué par Universal ce premier film du rappeur Boots Riley (membre depuis 20ans de The Coup) et adapté d'un de ses propres titres est une petit torpille anti-capitaliste conçue grace au circuit indépendant et l'aide des stars a l'affiche du film (Danny Glover (L'Arme Fatale, Soyez Sympa Rembobinez ... tiens tiens), Thessa Tompson (Thor Ragnarok), Terry Crews (The Expendables), Steven Yeun (The Walking Dead, Okja) et les divers caméos disséminés tout du long.
 
Si Sorry Bother You et ses idées absolument jubilatoires et barrées trouve sa place dans nos colonnes est que la comédie prend le chemin dans le la dystopie dans son dernier tiers qui n'est pas sans évoqué une presque adaptation de Soleil Vert en version azimutée (aucun spoil ici présent). Plus en détails mais sans trop dévoiler les belles surprises qui parsèment le métrage, Sorry To Bother suit la mésaventure du nonchalant Cassius Green (Lakeith Stanfield) un employé de télémarketing qui se voit malgré lui être au centre d'une lutte des classes qui mènera ce dernier au confins de la folie humaine au nom du dieu bénéfice. Sorry To Bother You est une fable cinglante qui vise en premier lieu et sans détour la firme Amazon et la façon dont cette dernière oublie que derrière son personnel se cache des être humains, ou les idées les plus branques se succèdent et dont la principale est un message non dissimulé sur la façon dont les USA traite sa communauté noir (mais dont certains Américains ne se privent pas d'imiter les "codes" de façon trais maladroite pour se rendre cool). 
 
Si l'on retrouve les gimmicks empruntés a Michel Gondry, Quentin Dupieux n'est pas loin lors des idées les plus absurdes et décalées (la promotion et le code de l’ascenseur), l'influence de la Troma se fait très fortement sentir, mais aussi quelques plans du derniers tiers renvoient a Stanley Kubrick lorsque la déshumanisation commence a poindre. Donner un avis plus global a Sorry To Bother You serait gâcher de bien trop nombreuses poilades (jusque dans les arrières plans) et j'invites a rapidement se délecter du visionnage de cette petite perle qui pourrait gagner son statut de film culte au coté des illustres maîtres a penser. Pour un premier métrage Boots Riley frappe vraiment très fort et de façon extrêmement bien ciblé avec son humour absurde et engagé dont a déjà hâte de suivre la suite la carrière en espérant que le rappeur/cinéaste ne se fasse pas a son tour écraser par le système qu'il dénonce. Mais gageons pour le moment que Riley suive les pas de Spike Lee.
 
 
note4

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie