Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

The Purge - Saison 1

Écrit par SataNico le .

Depuis 5 ans, la franchise The Purge de James DeMonaco cartonne sur les écrans : quatre opus à ce jour, un cinquième à venir et est la seule saga récente à rivaliser avec les créations de James Wan niveau popularité (Saw, Insidious et Conjuring). Vu le concept absolument énorme autour de la purge, la voir débarquer sur le petit écran n'a donc rien d'étonnant. De plus les séries TV adaptées de sagas cinématographiques ont souvent eu le vent en poupe (Highlander, Stargate, Buffy, Hannibal, Bates Motel...), cela semble donc un choix logique, d'autant plus avec toujours DeMonaco à la barre.

Chaque année, durant une nuit, toutes les lois sont abrogées aux Etats Unis, on appelle cela "la Purge" car cela permet (soit disant) aux gens de se purger de leur pulsions violentes, de manière légale, afin que le reste de l'année le calme soit de rigueur. Au fur et à mesure des épisodes, on est passé du point de vue huis clos d'une seule famille, à une vision d'ensemble du pays, au travers de différents protagonistes, incluant les instigateurs de cette sinistre farce : "Les Nouveaux Pères Fondateurs". La saga s'est progressivement transformé, de thriller horrifique type "home invasion" à actioner bourrin et politique, critiquant violemment (et à raison) les dérives ultra droites de l'administration Trump, via une métaphore dystopique pas toujours très subtile.

Cette série permet donc tout simplement de rentrer bien plus dans les détails de l'événement. Sur 10 épisodes, 9 sont consacrés réellement à la purge, soit un peu plus d'une heure de la soirée contée dans chaque épisode. La série suit 3 groupes de personnages et s'attarde consécutivement sur chacun d'entre eux, avec des flashbacks permettant à la fois de connaître leur passé et leurs motivations, mais également de comprendre les tenants et aboutissants de la purge durant le reste de l'année, les conséquences psychologiques dévastatrices de celle ci, mais également les autres actes immoraux autorisés. Car, ne l'oublions pas, TOUS les crimes sont autorisés, pas juste les meurtres. Ce que les films, faute de temps ont abordé sans trop l'exploiter. 12 heures de purge, racontées en 9 épisodes (plus un épisode d'exposition), soit un rythme très soutenu mais bien plus réaliste que 24 heures Chrono.

On suit donc en alternance (jusqu'à ce que tous se rejoignent dans le final) Miguel, un ancien Marine dont les parents ont été tués durant la première Purge (ce qui permet de faire un lien avec le quatrième film, The First Purge, sorti l'été dernier) qui cherche sa soeur recrutée par une secte; Jane une femme d'affaire obligée de travailler le soir de la Purge, qui a engagé un tueur pour se débarasser de son affreux patron, interprété par William Baldwin. Et de mon point de vue, les plus intéressants, Jenna et Rick, un couple d'activistes anti-Purge, qui dans le but de financer un refuge, vend son âme au diable en rejoignant les Pères Fondateurs. Avec ces trois groupes de personnages, on exploite ainsi différentes facettes des motivations poussant certains à purger ou non. C'est forcément bien plus poussé que dans les films, qui ne durent même pas 2 heures chacun. Les acteurs sont pour la plupart assez bien trouvés, l'aspect politique, bien qu'un peu manichéen est mieux troussé que dans les opus ciné, et les résolutions d'intrigues sont moins précipitées.

Néanmoins, et c'est là toute la différences entre les formats TV et Ciné, ce que la série gagne en nuances et en profondeur, elle le perd niveau action. La série est moins rythmée que les films, les morts moins bourrine, à quelques exceptions près. Si le style est plus proche de The Purge 2 et 3, on retrouve néanmoins durant certains épisodes le style Home Invasion du 1. L'avantage de pouvoir varier les genres sur une saison entière. Chronologiquement, il semblerait que la série se déroule entre The Purge 2 et 3.

Une bonne série, pas trop longue, mais suffisamment pour bien développer tous ses enjeux, de manière plus crédible et profonde que dans les films de la franchise. Les personnages sont bien définis et leurs motivations plausibles (dans le contexte de la série). Néanmoins, elle ne s'éloigne pas trop des sentiers battus non plus et reste finalement assez convenue. Le manque de violence et de gore peut par moment agacer l'amateur, mais le tout reste globalement bien foutu. Avec l'annonce d'un cinquième et (soit disant) ultime film, mais également d'une deuxième saison, la franchise The Purge (très stupidement "traduit" par American Nightmare chez nous, alors que "purge" est un mot transparent) semble bien partie pour durer encore quelques années !

note4

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie