Официален блог на WebEKM EKM очаквайте сайта онлайн скоро.

Download Free Templates http://bigtheme.net/ free full Wordpress, Joomla, Mgento - premium themes.

[TEST BLU-RAY] Death Race - Anarchy

Écrit par Antephil le .

Surtout connu pour la réalisation d’Event Horizon, de même pour le premier Mortal Kombat, puis du lancement de la franchise Resident Evil au cinéma, Paul W. S. Anderson est également l’auteur du reboot de La Course a la Mort de l’An 2000, avec Death Race et ses 2 suites/prequiels dont le 4ème volet vient d’arriver fraichement en vidéo. Pour rappel pour les deux du fond, le film original  La Course a la Mort de l’An 2000 a été réalisé par Roger Corman et popularisé auprès du grand public grâce à la présence à son casting de David Caradine et de Sylvester Stallone à la jeune carrière, où des pilotes de voitures tunés participaient à une course au travers des USA, où les conducteurs pouvaient gagner des points en mettant hors courses leur adversaires, mais surtout en écrasant des piétons et autres quidam.

Il est important de notifier que ce Death Race - Anarchy est une suite directe au deux précédents Death Race, là où Death Race 2050 paru en 2016 est une suite à La Course a la Mort  De l'An 2000 originelle de Roger Corman qui n’a aucun rapport de timeline avec les épisodes réalisés, puis produits par Paul W.  S. AndersonDeath Race premier du nom avait attiré l’attention par la présence à son casting de Jason Statham et était un agréable divertissement, comparable au film Mortal Kombat. Là ouù les deux suites avaient perdues de leur folie, tout en restant des spectacles acceptables, pour qui frissonne d'un coup de tôle froissé. Mais on était loin de se douter que la saga disposait d’assez de fidèles, pour voir arriver ce Death Race – Anarchy. C’est donc avec surprise et circonspections que votre serviteur a entamé son visionnage.

Coté timeline ce Death Race est bien le 3ème volet de Mr Anderson, ouù l’on retrouve d’ailleurs le personnage de Lists, tenu par Fred Koelher et Goldberg, campé par Danny Trejo, qui joue quasiment dans un autre film, tant son espace narratif est bien éloigné physiquement des autres protagonistes. On y retrouve également un Danny Glover, pas encore trop vieux pour ces conneries. Côté scénario, rien de plus simpliste, la Death Race est devenue interdite aux USA, mais se pratique encore au sein de la prison géante de façon clandestine et se voit diffusée de nouveau sur les ondes tv, ce qui rend passablement en colère le gouvernement, qui envoie un militaire (Zach McGowan, The Walking Dead) sous couverture pour assassiner la légende Frankenstein, roi de ce système pénitencier. 

Pour la première fois de l franchise, les plateaux  se sont déplacés en Bulgarie afin d’être en adéquation avec le budget très étriqué de cette anarchie. Et le spectateur y perd beaucoup au change, la Death Race n’étant plus la couse prédominante mais se voit précédée pendant une bonne partie du métrage par les qualifications au passage de diverses épreuves de combats et de courses à deux roues. Certes l’ambiance post-apocalyptique et les customisations à la Mad Max sont au demeurant très sympathiques (l’ombre de Fury Road planne outrageusement), les combats fleurrent bon la testostérone et les montagnes de muscles sont légions, mais le fan veut lui de la Death Race. Mais elle ne lui sera servie qu’à l’aide d’une petite cuillère, dont le tout sera composé d’une tonne de ralentis, afin sans nul doute de gonfler la durée du métrage.

Et bien entendu c’est sur le point le plus important que tout s’effondre presque, la Death Race uniquement placée dans l’enceinte de la prison est aux abonnés absente pour la folie. La réalisation est d'une platitude à toute épreuve et aucun souffle épique ne vient réveiller le spectateur. Aucune nouveauté ne fait son apparition au rangs des armes de destruction, mitrailleuses, grenades, lance flammes... Rien de bien transcendant n’est là pour occire le concurrent de façon originale. Même pour son final, Death Race - Anarchy s’emballe en qu’en quelques seconde sur le sort de Frankenstein.

On sera donc plus étonné que jamais si la Death Race développe un nouvel épisode, tant le tout tient désormais à partir d’un fond de tiroir caisse. Le fan pourra y jeter un coup d’œil par curiosité, mais ce n’est pas avec ce famélique Death Race - Anarchy que les producteurs pourront toucher un nouveau public. L’on préférera grandement Death Race 2050, qui grâce à un budget plus que restraint avait réussi à construire un film bourré d’humour, d’ironie et de critique de la société Américaine.

note2.5

Technique

Un rendu HD quasi parfait, si l’on omet un léger grain lors des scènes de nuit, couplé à une bande son  DTS-HD  5.1 en VO  très puissante, qui fera vibrer les home cinema sous les coups de tôles froissées, jusqu'à ressentir chaque frappe musicale du groupe de metal industriel qui fait son apparition par deux fois. VF DTS 5.1 toute aussi claire et puissante malgré les voix mixées en avant. 

note4 5

Bonus

Rien de très impressionnant côté bonus, avec trois cours modules : "A l’Intérieur de l’Anarchy", "Les Véterans : Lists et Goldberg" et "Dans les Rues de Death Race Beyond Anarchy" sur les coulisses du tournage, où le réalisateurs et les acteurs nous livrent avec un enthousiasme non feint leur implication sur le projet. Un commentaire audio avec l’acteur Zach McGowan est également présent.

note3

Onlain bookmaker bet365.com - the best bokie